Archives du mot-clé roman

Mon avis sur Le Hobbit : La Désolation de Smaug de Peter Jackson

J’avais beaucoup apprécié Un Voyage Inattendu en sortant de salle l’année dernière, pressé de continuer l’aventure je m’étais procuré le roman Le Hobbit de J.R.R. Tolkien pour découvrir la suite de l’histoire sans attendre une année de plus. C’est grâce à ce film qu’a explosé mon engouement pour la saga du Seigneur des Anneaux dont j’ai revu les films dernièrement. Il fallait absolument que j’aille voir sans plus tarder La Désolation de Smaug de Peter Jackson.

Le Hobbit 2 01

Alors que Un Voyage Inattendu prenait son temps pour installer les personnages et l’intrigue et reprenait la trame générale du Seigneur des Anneaux, ici, le nouveau film de Peter Jackson nous balance immédiatement sur la route de cette un peu moins joyeuse compagnie de nains, fidèle au roman, les scènes se succèdent mais il m’a été assez difficile de me plonger dedans et retrouver ce que j’aimais des précédents films au premier visionnage, comme si j’avais face à moi quelque chose de tout autre. Cependant la réalisation est toujours exemplaire, les scènes d’action et les combats sont toujours époustouflants même si l’on regrettera une musique bien moins présente que dans les précédents opus. Nous découvrons de nouveaux personnages tels que Tauriel jouée par Evangeline Lilly très présente dans le film ou encore Beorn, qui lui, est malheureusement très vite expédié. Mais nous retrouvons également Legolas qui s’était perdu depuis Le Retour du Roi et qui campe un elfe bien plus distant et bad-ass que dans la première trilogie, ce qui n’est pas pour nous déplaire !

Le Hobbit 2 02

On retiendra une dernière partie où tout se bouscule, où les liens avec la trilogie du Seigneur des Anneaux commencent à prendre forme, où Gandalf fait enfin plus qu’allumer des bougies avec son bâton, et où Smaug fait une apparition fracassante pour un combat épique de quasiment 30 minutes au sein de la montagne solitaire. Malheureusement, et c’est bien comme je l’attendais, cette deuxième partie s’achève au moment où l’on en veut encore plus. Et c’est bien normal puisqu’il ne reste véritablement plus grand chose à raconter à Peter Jackson, mais j’imagine qu’il saura nous préparer une bataille des 5 armées dévastatrice suivie d’une fin à rallonge reliant les deux trilogies comme seul ce réalisateur sait nous proposer.

Le Hobbit 2 03

Dernier point, Peter Jackson semble avoir entendu les réactions des spectateurs quant à la 3D HFR et nous livre quelque chose de plus élaboré et de moins tape à l’œil, les images sont fluides et très réalistes sans que la camera ne s’affole. Le tout parait bien plus digeste que pour le premier film mais malheureusement donne un rendu télé filmique peu appréciable, on se croirait devant un téléfilm allemand sur M6 l’après midi, c’est très dommage car cela nui à l’immersion. Dans tous les cas si vous êtes fan de la saga, vous trouverez tout de même votre bonheur et l’attente de la sortie du dernier film ne sera que longue, très loooongue mon précieux !

Note 4/5

Le Seigneur des Anneaux : Une nouvelle passion grandissante

Je l’ai déjà dit auparavant mais bien qu’appréciant la trilogie de Peter Jackson ainsi que le récent Le Hobbit : Un Voyage Inattendu, je n’ai jamais été un grand fan de l’univers de Tolkien et du genre Heroic Fantasy en général. Jusqu’à aujourd’hui…

Passion LSDA 04

Surtout depuis Le Hobbit que j’ai pu voir au cinéma et que j’avais vraiment apprécié, malgré certaines longueurs le film allait au principal à l’inverse du Seigneur des Anneaux mélangeant de nombreuses scènes plus ou moins intéressantes. C’est facile, moi qui n’aime pas lire généralement, surtout des romans, avait ici la ferme intention de me délecter du roman originel pour découvrir au plus vite la suite de récit. Après plusieurs mois de lecture, (oui oui je suis un peu long ^^, en même temps c’est normal quand on fait une pause de 4 mois en plein milieu de livre !), j’ai fini par connaitre le fin mot de l’histoire, a présent l’intrigue du Hobbit n’a plus aucun secret pour moi, arrivant même à identifier les scènes clés de la bande annonce de La Désolation de Smaug.

Passion LSDA 03

J’ai eu l’envie irrésistible de revoir le premier film (Un Voyage Inattendu que j’ai revu 2 fois) ainsi que me familiariser avec les personnages de la Terre du Milieu. J’ai donc lu le dernier chapitre du Silmarillion de Tolkien : Les Anneaux de Pouvoir et le Troisième Âge décrivant comment les anneaux ont été forgés par les Elfes avec l’aide de Sauron et comment ce dernier les utilise pour tenter d’asservir la Terre du Milieu aux Second et Troisième Âges. Il relate également de façon très condensée les événements du Seigneur des Anneaux. Je suis devenu complètement fan de cet univers immensément riche et de ses personnages tous liés les uns aux autres, Je ne m’étais pas autant amusé à découvrir un univers depuis la saga Star Wars !

Passion LSDA 02

Tout ce que je veux a présent c’est revoir encore une fois la première trilogie en version longue, j’ai par ailleurs commencé à lire La Communauté de L’anneau que je trouve très intéressant malgré le fait qu’au bout de 100 pages nous nous trouvons toujours dans la maison de Bilbo ! Je ne sais pas si j’arriverai à le terminer et si c’est le cas, en combien de temps ? L’avenir nous le dira. J’ai également l’envie de m’acheter les version courtes en Blu-ray à moindre prix dans leur version steelbook pour agrandir la collection et avoir la possibilité de regarder Le Retour du Roi en moins de 5h ^^.

Passion LSDA 01

Il n’y a plus qu’à attendre la sortie de La Désolation de Smaug, second chapitre de la nouvelle trilogie de Peter Jackson, qui s’annonce bien évidemment toujours énorme. J’espère également que Warner France ne va pas une fois de plus chier dans la colle lors de la sortie vidéo des deux derniers chapitres. Maintenant j’y tiens à ma collection de steelbooks 3D ! Alors s’il vous plaiiiiiiiiiiiiiiiiiit ! 🙂

Passion LSDA 05

Quand Le Petit Collectionneur s’essaye à l’écriture…

Ça m’est arrivé pas plus tard que vendredi, durant la nuit, je n’arrivais pas à dormir. Je me suis soudain rappelé que j’avais toujours aimé écrire des histoires à l’école ou même au collège lorsque les professeurs nous le demandaient comme devoir. Puis je me suis dis que depuis l’école primaire j’avais quand même évolué niveau écriture bien que je ne lise jamais, m’intéresser au cinéma m’avait apporter quelque chose que je n’avais pas à l’époque, je parle bien sur de notions pour accrocher le lecteur et finir sur quelque chose de poignant : un cliffhanger. Alors j’ai commencé à imaginer que je retournais dans le passé et que je pondais quelque chose de plus aboutit que je ne l’aurai fait à l’époque. Bien sûr c’était impossible alors je me suis prit à créer dans mon esprit une histoire inspirée de choses que je connaissais mais qui au final aurait été totalement originale. J’ai du passer plus de 3h à me retourner le cerveau. Il était 5h du matin que je tenais un gros morceau de l’intrigue, je ne voulais qu’une chose, le mettre par écrit. C’est dimanche soir que je m’y suis attelé. Ce n’est pas un chef d’oeuvre mais j’en suis content, voilà le premier épisode qui raconte la véritable histoire de Mathilda Edinwood, la belle jeune femme qui vivait avec un secret qu’elle ne pouvait pas vraiment cacher aux autres, si l’histoire plait assez, je continuerai à écrire. Merci d’avance à ceux qui la liront et bonne lecture !

Episode I

Une vision inattendue

Vivait autrefois dans une petite maison de bois, entourée d’une forêt sans fin, une jeune fille de 17 ans qui n’avait jamais connu autre lieu que sa petite habitation. Mais cette jeune demoiselle ne vivait pas seule, vivaient également dans cette petite demeure William et Jane Edinwood, ses parents. Ces derniers n’avaient jamais voulu que Mathilda ne découvre le monde extérieur, et pour cause, elle vivait avec un secret, un secret qu’elle n’aurait jamais pu cacher. Depuis sa naissance, une étrange aura, d’un or magnifiquement pur se dégageait du corps tout entier de Mathilda, selon ses parents, il n’était jamais arrivé une telle chose dans le monde extérieur, mais ce n’était pas tout… Mathilda avait 17 ans mais depuis déjà de nombreuses années, elle disposait d’un pouvoir que William et Jane désignaient comme venu du ciel, d’une puissance supérieure. Mathilda vivait avec le don d’immortalité. Voilà donc pourquoi cette jeune fille aux cheveux d’un noir profond et intense, n’avait jamais quitté ce lieu qu’elle connaissait sur le bout des doigts.

–          Mais grand-mère, pourquoi tu as les cheveux gris ?

–          Il me semblait que tu voulais connaître toute l’histoire Nathanaël ? Installe-toi bien au fond de ton lit auprès de ta sœur et écoute la suite.

Elle venait à peine de commencer que je l’interrompais déjà, moi à cet âge, qui avait tant voulu que ma grand-mère me raconte son histoire. Oh mais oui, désolé, vous vous demandez surement ce qui se passe ! Moi c’est Nathanaël, et je vais vous raconter une histoire.

Je vivais à l’époque avec mes parents et ma sœur au cœur de la ville, j’avais alors 6 ans, quant à ma sœur Anthéa elle n’avait qu’un an de moins que moi. Depuis ma naissance j’entendais des choses au sujet de ma grand-mère et de ses pouvoirs extraordinaires et j’avais toujours voulu que Mamie Mathilda comme je l’appelais nous raconte ses aventures. Et c’est ce qu’elle fit un soir de Noël. Bien sûr elle ne pu tout nous raconter, puisque à notre âge Anthéa et moi ne pouvions comprendre l’ensemble de l’histoire qui bien que vous le croyez à cette heure ne se résumait pas à un joli conte de fées. C’est pour cela que je vous raconte aujourd’hui la véritable histoire de Mathilda Edinwood, ma grand-mère que j’aimais et qui n’est plus de ce monde, d’ailleurs disparue en même temps que mon grand père, cela je vous l’expliquerai une prochaine fois. J’utiliserai ses propos et pour vous aider à comprendre je n’oublierai pas cette fois ci de les mettre entre guillemets. J’interviendrai par moment pour éclaircir les scènes occultées par ma grand-mère.

« Voilà donc pourquoi cette jeune fille aux longs cheveux noir n’avait jamais quitté ce lieu. Un lieu qu’elle connaissait tellement sur le bout des doigts qu’elle aurait été capable de se déplacer en son sein sans même ouvrir les yeux. Ses parents pour la protéger, lui avaient toujours défendu de sortir de la maison, d’une part parce que Mathilda avait un pouvoir extraordinaire et unique et que le monde extérieur n’aurait jamais pu comprendre cela. Jane et William ne connaissaient que trop bien la cruauté des hommes qui se seraient sans nul doute emparés de leur enfant extrêmement spécial pour profiter de ce don et lui faire vivre une vie de tristesse. D’autre part, pour quitter la forêt et rejoindre les villages les plus proches il fallait braver de nombreux dangers et ne pas se faire remarquer par les gardiens de la forêt, d’étranges créatures éternelles mi-homme, mi-loup qui refusaient que des mortels ne traversent ces lieux interdits. C’était donc la seule solution pour protéger Mathilda. Une condition malheureuse et regrettable tout de même facilité par  Jane et William qui s’efforçaient de donner à leur fille tout ce dont elle méritait pour que jamais Mathilda ne manque de rien. »

« Il faisait nuit, Mathilda était au chaud dans son lit et contemplait les étoiles au travers de la fenêtre juste à sa droite. En cette veille du 4 avril 1760 où la jeune femme aurait normalement dû fêter son 27ème anniversaire, rien ne pouvait l’empêcher de repenser à ce jour où sa vie changea. C’était il y a de ça 10 ans, une journée qui avait pourtant bien commencé. En se levant, Mathilda remarqua que son aura brillait autrement que les autres jours, non constant comme une flamme qui vacillait. Après s’être préparé elle descendit prendre son petit déjeuner, elle s’asseya dans la cuisine et commença à manger. Sa mère Jane se leva à son tour, elle remarqua évidemment que quelque chose était différent.

–          Ca va Mathilda ? Qu’est ce donc que cette lumière étrange ?

–          Je n’en sais rien mère, je me suis réveillée comme ça, tout va pour le mieux mais j’aimerai bien savoir ce qu’il m’arrive.

–          Ca je n’en sais rien Mathilda, mais c’est sans doute passager, tout rentrera dans l’ordre demain.

Alors que Mathilda au fond d’elle avait extrêmement peur de ce que cela pouvait signifier, sa mère paraissait d’un naturel déconcertant comme s’il ne s’agissait de rien et qu’elle savait de quoi il retournait. Soudain son père ouvrit la porte de la cuisine qui donnait vers l’extérieur. William Edinwood était un gros monsieur au visage bouffi, arborant une courte chevelure et une moustache rousse.

–          Bonjour mes petites femmes comment… Mathilda ? Tu vas bien ?

–          Oui je sais père… c’est étrange mais tout va bien !

William acquiesça et jeta un regard vers Jane, Mathilda cru maintenant reconnaitre un regard inquiet de la part de sa mère en direction de son père, puis ce dernier dit :

–          Bon aujourd’hui nous avons beaucoup à faire, Jane ma chérie, prépare toi nous allons devoir traverser la forêt interdite. Je m’occupe de nos provisions. Mathilda tu restes bien là, tu n’as qu’à lire ce livre que je t’ai rapporté la semaine dernière. Nous reviendrons dans la soirée.

–          Oui père, je ne bouge pas, je commence à avoir l’habitude vous savez… répondit la fille toute souriante.

–          Désolé mon enfant, je sais que ça doit être dur mais malheureusement il le faut pour ton bien, veux tu que je te rapporte quelque chose en particulier ?

–          Si vous avez la possibilité il me faudrait de nouveaux crayons de couleur.

–          Je te ramène ça ma puce, aller Jane plus vite que ça, on n’a pas toute la journée !

Jane alla se préparer sans plus tarder, elle qui d’habitude prenait tout son temps pour prendre son petit déjeuner ! »

« La journée continua normalement, Mathilda lisait tranquillement dans le fauteuil du salon le livre que son père lui avait rapporté quelques jours plus tôt. La jeune fille lisait beaucoup, c’était l’un de ses passes temps favoris entres autres choses, le dessin, l’écriture ou la musique par exemple. Ce livre contait l’histoire d’un preux chevalier qui multipliait les aventures, allait au devant des dangers et combattait le mal pour retrouver sa princesse enlevée par le terrifiant méchant. Le livre se nommait La légende de… Mathilda ne pu lire le reste du titre qui était effacé mais il lui semblait évident que ce n’était rien d’autre que le nom de la princesse. Avec toutes ces lectures, Mathilda se demandait comment le monde extérieur pouvait être aussi cruel que ses parents le disaient. Beaucoup des livres qu’elle avait lu contaient les récits de personnes braves et courageuses, ne voulant que du bien à leur semblables. William racontait toujours qu’il ne fallait pas se fier aux apparences, que les hommes écrivaient de telles choses mais qu’au fond ils n’en pensaient rien, que seul le mal les habitait et qu’il fallait vivre à l’abris de tous. Mathilda avait du mal à y croire, mais son père avait toujours voulu son bien et ne lui avait jamais rien caché, la jeune femme n’était pas du genre à désobéir et la menace des gardiens de la forêt pesait également sur elle. Elle n’avait donc jamais tenté de passer outre les interdictions de ses parents et n’avait jamais été plus loin que les proches environs de sa maison. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce que Mathilda ne se sente pas à son aise, elle commençait à avoir atrocement chaud, des vertiges survinrent. L’adolescente était dans la cuisine et s’appuya sur la table, elle saisi un verre d’eau qui était posé là et bu une longue gorgée. Cependant le malaise ne cessa point et très vite Mathilda fut prise d’une douleur intense à l’intérieur de son corps. Son aura brillait d’une lumière encore plus vive qu’au matin, elle tituba, perdit l’équilibre et s’écroula sur le plancher, la lumière qui se dégageait de son corps prit une nuance rougeâtre qui s’intensifiait, soudain une énergie incontrôlable s’échappa de Mathilda qui pendant ce cours instant ne ressentait plus de douleur mais seulement une sensation étrange de plénitude et de bien être, puis elle tomba là inconsciente. »

« Mathilda n’eut pas le temps de se remémorer tous ses souvenirs que le sommeil l’emporta. Elle ouvrit les yeux, le soleil battait son plein, nous étions le 4 avril, le jour de son anniversaire. Elle descendit dans la précipitation, excitée de découvrir ses cadeaux comme si elle n’était encore qu’une enfant. Mais il était déjà tard, elle avait beaucoup dormi, ses parents avaient déjà prit le petit déjeuner et Jane Edinwood s’enferma dans sa chambre comme elle avait l’habitude de le faire plusieurs fois dans la semaine depuis toujours. Une lumière apparu entre le bas de la porte et le plancher, s’intensifia puis disparu. Sa mère lui avait toujours raconté que c’était nécessaire pour elle de prier de longues heures en silence sans être dérangé pour remercier les esprits ou les dieux de ce cadeau béni qu’était Mathilda. Cette dernière ne fit donc aucunement attention à la situation et se retourna vers son père qui lui dit :

–          Joyeux anniversaire ma chérie ! Ca te fait qu’elle âge ? 17 ans ?  Pressé d’ouvrir tes cadeaux ?

–          Oh que oui, où sont ils ?

–          Ils sont dans la chambre à ta mère, tu ne pourra les avoir pour le moment, tu sais qu’on ne peut pas la déranger.

–          Oui… ce n’est pas grave, j’attendrai.

–          Dis tu pourrai s’il te plait après avoir mangé me redonner un peu de force ?

Lui redonner un peu de force voulait dire pour William que Mathilda allait lui offrir un peu de son don. En effet depuis ce fameux jour il y a 10 ans, Mathilda était capable de transmettre son pouvoir à ses parents et leur redonner la force et la vigueur de leur jeunesse. Mathilda acquiesça et alla manger son repas. Sur le chemin du retour elle fit un petit détour par la chambre de ses parents qui était au rez de chaussé, elle avança avec prudence pour ne pas faire de bruit, elle n’essaya pas d’ouvrir la porte mais écouta ce qui se passait à l’intérieur. Rien, aucun bruit, comme s’il n’y avait personne. Mathilda pensa qu’il fallait bien du courage pour prier autant de temps, mais là encore sa mère faisait preuve de foi et d’une bien grande gentillesse, si elle faisait tout ceci c’était pour sa fille. Cette dernière se mit alors en direction du salon là ou l’attendait son père.

–          Ah te voilà, tu sais qu’on ne te remerciera jamais assez de partager ce don avec nous Mathilda ?

–          Père c’est tout à fait normal, vous veillez sur moi depuis ma naissance, je vous suis redevable et puisque j’ai ce don et que je peux le partager, je dois le faire.

–          Merci Mathilda, maintenant à toi de jouer !

Mathilda prit les mains de son père et ferma les yeux, son aura devint de plus en plus éclatante puis c’est maintenant William qui fut entouré d’une lumière de la même intensité, alors que la lumière s’intensifia encore plus chez William, celle de Mathilda perdit de son éclat puis tout s’arrêta et redevint normal. Enfin, si vous concevait que rajeunir de 10 ans est tout à fait normal. William regarda ses mains, plus aucun signe de vieillissement. Il se mit face au miroir et constata les bienfaits de sa cure de jouvence sur son visage et ses cheveux qui avaient retrouvés tout leur éclat roux.

–          Oh merci Mathilda, tu fais vraiment des miracles.

–          De rien père, je peux retourner à mes affaires ?

–          Oui fais donc, par contre je vais devoir m’absenter durant la journée je reviendrai au soir.

–          Vous n’avez pas peur des gardiens de la forêt père ? Vous n’avez jamais eu la malchance de tomber sur eux mais qu’arrivera t’il lorsque ce sera le cas ?

–          Je n’en sais rien, et je ne veux pas le savoir, c’est pourquoi je fais extrêmement attention et que tu ne dois jamais suivre mon exemple, je te rapporterai tout ce que tu voudras.

–          Oui j’aimerai bien des crayons de couleur pour illustrer mon dernier livre.

–          Je te ramène cela, il faudra me faire lire ce livre un de ces jours, je suis bien curieux de découvrir de quoi il parle.

–          Très bientôt, dès qu’il sera terminé père. Passez une bonne journée.

–          A toi aussi Mathilda.

La jeune demoiselle regagna sa chambre à l’étage et s’empara d’un livre puisqu’elle n’avait pas grand chose d’autre à faire, elle entendit la porte du bas claquer et vit par la fenêtre son père avancer vers la forêt puis disparaitre à travers les arbres. L’idée de le poursuivre lui traversa l’esprit, ce n’était bien sur pas la première fois qu’elle le voulait mais ici l’envie était bien plus persistante, cela faisait trop longtemps qu’elle vivait dans cette maison qu’elle trouvait minuscule, malgré la peur des créatures de la forêt, la curiosité était à son apogée, elle attrapa dans la précipitation la poignet de la porte de sa chambre, puis s’arrêta aussi vite qu’elle l’avait attrapé, elle l’aurai fait si elle n’avait pas entendu la voix de sa mère »

Je vous disais que son père avait rajeunit de 10 ans, en effet, apparemment avec l’abus de ce pouvoir, le vieillissement s’accélérait chez William et Jane et il devenait de plus en plus régulier d’avoir recours à cette magie. Mais depuis toujours ses parents avaient l’air de vieillir plus rapidement que des gens normaux, comme s’ils avaient abusé de ce pouvoir depuis bien avant la naissance de grand-mère.

« Sa mère s’écria :

–          Mathilda où es tu ? J’aurai besoin d’un peu de force ma chérie !

–          J’arrive tout de suite mère !

La jeune femme s’empressa de rejoindre sa mère qui a son tour avait besoin d’une cure de jouvence. Elle descendit les escaliers puis posa le livre qu’elle avait entre ses mains sur la table de la salle à manger. Il devenait urgent de faire quelque chose et cela se voyait fortement sur le visage de Jane Edinwood, elle qui avait en temps normal des cheveux d’un blond soyeux n’avaient ici qu’une pale teinte grise, quant à son visage il était marqué de profondes rides aux coins de ses yeux et de sa bouche.

–          Depêche toi Mathilda, j’ai beaucoup de choses à faire aujourd’hui.

–          Oui mère je m’occupe de vous tout de suite, vous vous rappelez que c’est mon anniversaire aujourd’hui et que mes cadeaux sont dans votre chambre.

Mathilda prit les mains de sa mère et ferma les yeux. C’était un mauvais jour pour Jane qui paraissait nerveuse. Bien qu’elle ait toujours eu un fort caractère, un caractère de chien comme l’appelait Mathilda, aujourd’hui elle semblait bien plus anxieuse et le ton monta :

–          Prend tout ton temps surtout, il n’y a pas de cadeau et je me fiche de ton stupide anniversaire, de toute façon tu as toujours le même âge, pourquoi encore le fêter ? D’ailleurs où est ton père ?

–          Il a du s’absenter, il est encore parti au village et reviendra ce soir.

Mathilda en eut fini avec sa mère qui retrouva toute sa jeunesse, Jane regarda d’abord ses mains tout comme William l’avait fait quelques minutes auparavant, puis en voyant son visage dans le reflet du miroir, elle retrouva son sourire.

–          Oh désolé ma chérie, je ne pensais pas ce que je disais, je suis stressée ces derniers temps. Je te souhaite un très joyeux anniversaire et je te donnerai tes cadeaux ce soir, promis. Tu ne m’en veux pas ?

Mathilda fit comme si cela ne l’avait pas touchée mais se demanda comment cette femme si odieuse pouvait être sa mère, elle n’avait jamais trouvé de ressemblance ni chez elle, ni chez son père d’ailleurs, et ce qu’elle venait de lui dire n’arrangeait pas les choses.

–          Oui c’est oublié, je vais retourner dans ma chambre.

–          Très bien, je t’appellerai lorsque le déjeuner sera prêt, d’accord ?

–          Très bien mère.

La jeune fille remonta dans sa chambre, ferma la porte et se jeta dans son lit en pleurant, elle ne supportait plus de vivre là, tout ce dont elle rêvait c’était de voir le monde, de rencontrer des gens, de trouver l’amour comme elle l’avait lu dans ses livres. Elle voulait a son tour vivre de grandes aventures, braver les dangers, les 27 années passées dans cette maison étaient pour elle une éternité, et rien ne pourrait aller en s’améliorant puisqu’elle était condamnée à vivre dans ce corps de 17 ans pendant encore une éternité. Elle sécha ses larmes et remarqua que son livre n’était pas dans sa chambre, elle l’avait laissé sur la table du bas. Elle rejoignit la salle à manger, prit son livre, puis se retourna vers les escaliers, elle s’arrêta un instant, elle avait bien vu ce qu’elle venait de voir, se retourna de nouveau et constata que la porte de la chambre de ses parents était entrouverte, elle s’avança prudemment puis aperçue sa mère qui se tenait debout devant la fenêtre. Soudain Mathilda fut gagnée par la peur et l’angoisse, son corps tout entier ne répondait plus, sous ses yeux se passait quelque chose qu’elle n’aurai jamais pu imaginer, quelque chose qu’elle n’aurait jamais cru voir un jour. Jane Edinwood fut entourée d’une aura d’une vive couleur blanche, qui brillait de plus en plus jusqu’à éblouir Mathilda. En rouvrant les yeux, sa mère avait disparu.»

On se replonge dans une grande aventure ! La Communauté de L’Anneau en Blu-ray

Après avoir vu Le Hobbit au cinéma (dont vous pouvez retrouver mon avis à cette page), il me tardait de revoir la trilogie du Seigneur des Anneaux, en Blu-ray et en version longue. Dans mes souvenirs La Communauté de L’Anneau me paraissait bien moins soigné que Le Hobbit en terme de réalisation ou d’ambiance visuelle, il faut dire que la vieille bande annonce n’aidait pas à se remémorer de bons souvenirs, mais il n’en est rien. Pourtant le premier volet de la saga, La Communauté de l’Anneau reste un petit bijou de film et le Blu-ray aide grandement à apprécier tout son aspect visuel. Image que j’ai trouvé très agréable en comparaison à l’horreur que j’avais vu de la première édition du film en HD.

D’ailleurs pour une qualité d’image et de son optimale, les 3 films de ce coffret trilogie sont séparés chacun sur deux disques. Je ne suis pas fan de ce procédé qui nous coupe du film, surtout avec un format haute définition qui peut se permettre de tout intégrer sur la même galette. Mais ici pour Le Seigneur des Anneaux et ses scènes à rallonge, cela permet de faire une pause bien méritée, la coupure étant bien choisie elle nous permet de mettre la suite de film un peu plus tard comme s’il s’agissait de deux épisodes séparés.

Cependant, après avoir revu le film entier qui dure tout de même 3h40 (et ce n’est pas le plus long), je suis ressorti du visionnage aussi émerveillé que lorsque je suis allé voir le nouveau film de Peter Jackson au cinéma. A tel point que j’étais prêt à enchaîner avec Les Deux Tours, mais un peu de patience pardi ! Je redécouvre cette trilogie qui ne m’avait pas tant marqué auparavant et qui maintenant vient gravir les échelons de mon top films. Le réalisateur sait de quoi il parle et avait inclus depuis longtemps dans La Communauté de L’Anneau de nombreux clins d’oeil au Hobbit de Tolkien qui désormais font office de clins d’oeil à son nouveau film. Et c’est vraiment un plaisir de découvrir cela après avoir vu le premier volet de cette prélogie, l’ensemble est extrêmement cohérent et ne laisse présager que du bon pour les deux derniers films à sortir. En conclusion je dirai que STAR WARS et ses 6 films avait marqué de nombreuses générations par ses personnages, son esthétique et la richesse de son univers. Le Seigneur des Anneaux est pour moi le digne successeur de cette grande saga et qui ne peut que marquer les esprits tant par la qualité de ses adaptations que par la réalisation de Peter Jackson extrêmement juste, mais également par son côté artistique impressionnant.

Je ne pensais pas devenir fan de cette saga, c’est maintenant le cas, par ailleurs cela m’a même poussé à lire Le Hobbit et il faut savoir que ce n’est pas souvent que je lis des romans ! Maintenant allons regarder Les Deux Tours !

Bande annonce américaine du coffret trilogie version longue en Blu-ray

[Noël] Millénium de David Fincher en Blu-ray

Si je met autant de temps à vous parler de mes cadeaux de Noël c’est parce que je préfère pouvoir vous parler de quelque chose que je connais. C’est maintenant le cas avec Millénium, le film de David Fincher que je viens tout juste de découvrir.C’est un film que je voulais dans ma collection d’une part parce que j’avais entendu beaucoup de bonnes choses à son sujet, et d’autre part pour le Blu-ray en lui même et son steelbook de toute beauté.

Ce film est l’adaptation américaine d’une série de romans policiers de l’écrivain suédois Stieg Larsson qui a obtenu un très grand succès mondial. Mais cette série de romans avait d’abord eu la chance d’être adaptée en film dans une version danoise avec entre autre comme actrice principale Noomi Rapace (Prometheus). Film qui reçu plusieurs prix et fit l’objet de deux suites.

Millenium afficheMais comme Hollywood adore avoir ses propres versions de films à succès, il n’a pas fallu longtemps pour que se dessine cette adaptation américaine avec pour réalisateur le talentueux David Fincher, et comme acteurs principaux Daniel Craig et Rooney Mara. Je ne pourrai pas comparer vu que je n’avais jamais prit la peine de regarder les premiers films ou lu les romans qui pourtant faisaient parler d’eux depuis des années, mais ce fut un excellent film qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Bon j’avais des doutes sur l’assassin qui se sont révélés exactes mais quand même, ce n’est pas souvent que je vois ce genre de film et j’ai vraiment accroché du début jusqu’à la fin. Daniel Craig est excellent dans son rôle, c’est un acteur que j’aime beaucoup depuis qu’il incarne le nouveau James Bond, et Rooney Mara est méconnaissable en Lisbeth Salender. Certaines scènes sont très intéressantes, intrigantes et parfois même difficile à regarder. Le tout emballé par une réalisation soignée.

Daniel Craig MilleniumQuant à l’image du Blu-ray, rien à dire, ce film fait office de démo technique, l’image est parfaite, les couleurs et contrastes sont sublimes. Le son est également au top niveau que ce soit en VF ou VO comme le prouve le générique d’introduction avec cette reprise de Immigrant Song de Led Zeppelin. Si vous êtes adeptes du genre policier ce film est fait pour vous, pour les autres rien ne vous empêche d’essayer et de succomber. Moi j’attend maintenant avec impatience une suite avec ci possible le même réalisateur mais ça c’est moins sûr !

Le Hobbit – La dernière sortie ciné de 2012

Il y a un film qui a longtemps fait parler de lui pour de nombreuses raisons. Premièrement parce ce qu’il a fallu énormément de temps pour que le projet voit véritablement le jour, devenant presque une arlésienne pour les fans y comprit pour les acteurs. Ces derniers annoncèrent même de ne plus être sûr d’avoir le temps de participer au projet si celui-ci prenait encore du retard. En définitive, on y croyait plus.

Ensuite ce film n’était autre qu’un nouveau segment d’une grande aventure romanesque réalisé par l’auteur de l’adaptation au cinéma de la première trilogie de livres. En clair après avoir sorti trois films pour trois romans, ce réalisateur comptait sortir non pas un, ni deux mais trois films pour uniquement un seul roman. Mais que diable avait il dans la tête pour imaginer étendre sur trois films de près de 3h un livre pas très imposant.

Tolkien

Enfin, après la couleur et la 3D, ce film serait l’ambassadeur d’une nouvelle technologie consistant à multiplier par deux le nombre d’images par seconde pour une immersion des plus incroyables et une qualité visuelle à couper le souffle. Vous l’aurez bien comprit, le film dont je parle ici est évidemment Le Hobbit de Peter Jackson qui après la trilogie du Seigneur des Anneaux s’attaque à l’adaptation au cinéma d’un autre roman de J.R.R. Tolkien.

On suit donc l’histoire de Bilbon Sacquet s’apprêtant à vivre un voyage inattendu en compagnie d’une joyeuse bande de nains partis reconquérir leur royaume d’antan. Ce voyage les confrontera à de multiples dangers et nous permettra de croiser de nombreuses têtes déjà aperçues dans Le Seigneur des Anneaux.

Bien que j’aime cette première trilogie, je n’ai jamais été un grand fan de ces films qui comportent tout de même de nombreuses longueurs. C’était donc sans impatience que j’attendais la sortie de ce Hobbit que je voulais tout de même voir au cinéma. Tout bonnement parce que c’était le film du moment mais également pour découvrir ce que valait cette nouvelle technologie appelée HFR (High Frame Rate) et qui monte le nombre d’images de 24 à 48 par seconde.

Autant vous le dire tout de suite je suis sorti de la salle plus que convaincu par le film dont je n’espérais rien. Peter Jackson arrive encore à fasciner et à donner l’envie d’en voir plus malgré les 2h40 et les toujours quelques longueurs présentes dans le long métrage. C’est simple tout ce dont j’ai envie à l’heure où j’écris ces lignes c’est de lire le roman pour connaitre la suite. Avouons que Peter Jackson reprend beaucoup de ce qu’il a déjà fait, mais ça marche, et même si suivre cette bande de nains accompagnée de Bilbon reste moins intéressant que de suivre la communauté de l’anneau, l’aventure reste bon enfant et pleine de bons moments. Ce film est également un spectacle visuel de tous les instants notamment grâce à une direction artistique soignée, des effets visuels éblouissants et une 3D bien pensée. Tellement bluffant qu’en faisant la comparaison je trouve les environnements et l’ambiance visuelle du premier volet de la trilogie du Seigneur des Anneaux bien moins audacieux, presque à penser que ce film avait été réalisé avec un petit budget. Je n’ai peut être pas faux mais j’exagère tout de même, je ne retire rien à la qualité de ce film qui date déjà de nombreuses années et il est aussi question de goût, certains préfèreront de vrais plans bruts plutôt qu’une avalanche de CGI mais c’est ce qui m’a le plus attiré dans ce film, cette qualité visuelle tout le long du film.

Passons maintenant au sujet qui fâche, cette technologie tant soutenue par les professionnels d’Hollywood tels que James Cameron ou Peter Jackson lui-même : le passage à 48 images par seconde. Historiquement il avait été convenu que 24 images par seconde serait la norme pour le cinéma pour des questions techniques et économiques, aujourd’hui tourner et diffuser des films à cette vitesse n’aurait plus aucun sens à l’heure du numérique. Le HFR permettrait d’une part de rendre le film encore plus immersif, et d’autre part d’augmenter grandement la netteté des images et de faciliter le visionnage d’un film en 3D.

Alors il est indéniable que cette technologie améliore la netteté des scènes surtout lors des mouvements de caméra où l’on n’observe aucun flou. Mais bien que connaissant déjà le principe vu sur nos TV actuelles j’ai malheureusement été désagréablement surpris lorsque le film à débuté, ma réaction fut tout simplement : « Nan sérieux, ça va pas être comme ça pendant 2h40 ». Il doit y avoir comme raison que notre œil n’est pas habitué mais le rendu global des scènes faisait très téléfilmique, l’action avait l’air d’être accélérée, comme si les déplacements des personnages n’avait rien de naturels. Ce qui devait me plonger encore plus dans le film n’a fait que me détourner de ce qui se passait à l’écran, quelle technologie immersive Monsieur Jackson ! J’en pleure déjà pour le prochain volet d’Avatar qui devrait être réalisé à 60 images par secondes. Au milieu du film il a bien fallu que je laisse de côté ce petit détail pour me concentrer sur l’histoire mais il était difficile de se détourner du problème tant chaque plan rappelait ce dont on avait à faire. Mon avis ? Il faudrait que Le Hobbit soit le premier et dernier film à exploiter cette technologie parce que je ne me vois vraiment pas à l’heure actuelle voir mes films préférés dans cet état qui vient vraiment trancher avec le cinéma de contemplation que je connais depuis mon enfance. J’aimerai vraiment connaître votre avis sur le sujet alors n’hésitez pas à commenter à la suite de cet article.

Peter JacksonFinalement je garde tout de même une très bonne impression générale de ce Hobbit de Peter Jackson, acteurs, ambiance visuelle et sonore, 3D. Quant à la HFR j’apprécie fortement la netteté des scènes mais je n’accroche pas du tout à la fluidité de l’ensemble, pour moi ce n’est malheureusement pas du cinéma comme je le connais. Après peut être qu’il décevra certains fans de la première trilogie pour ce qui est de quelques pompages des points forts des précédents films, en tout cas pour moi, ce film a vraiment sa place dans le top des adaptations de romans d’Heroic Fantasy au cinéma, point final.