Archives du mot-clé hollywood

Roger Rabbit bientôt en Blu-ray

Il y a un film que je n’ai jamais cessé d’adorer, que j’ai vu de nombreuses fois lorsque j’étais enfant et qui aujourd’hui encore me passionne. Ce film c’est Qui veut la peau de Roger Rabbit de Robert Zemeckis, réalisateur entre autres de la trilogie Retour vers le Futur, Forrest Gump, Seul au Monde ou La Légende de Beowulf. Mélange de prises de vues réelles et animation, ce film fut véritablement un évènement en 1988 lors de sa sortie en salle pour la simple raison que personne ne croyait à ce projet et que le résultat dépassa toutes les espérances. Et cela fait maintenant plus de 5 ans que j’attendais de pouvoir me ruer sur la sortie Blu-ray, en effet lors de l’avènement du Blu-ray, une date de sortie avait été programmée pour Roger Rabbit dans le format bleu à l’occasion du 20ème anniversaire du film. Malheureusement il n’a jamais vu le jour et sans aucune annonce d’annulation ni de retard, pendant de nombreuses années j’ai attendu, désespérant, jusqu’à ce que l’annonce tombe, le Blu-ray débarque le 24 avril prochain pour fêter le 25ème anniversaire de ce chef d’oeuvre.

Le film se déroule à Hollywood en 1947, les humains vivent conjointement avec les Toons, ces personnages de dessins animés qui tournent dans les productions Hollywoodiennes. Roger Rabbit, un lapin acteur est accusé du meurtre du producteur Marvin Acme. Poursuivi par le juge DeMort, il n’a qu’une solution, aller demander de l’aide au détective officiel des Toons, Eddy Valiant. Les deux individus devront coopérer pour résoudre le mystère du meurtre de Marvin Acme.

Déjà lorsqu’on lit ce court résumé, on s’aperçoit d’une chose. Histoire plutôt sombre pour un film dont les personnages principaux sont des stars de dessins animés ! En effet la grande force de Qui veut la peau de Roger Rabbit est d’arriver à jouer sur deux tons différents, d’un côté on a un film noir, un véritable polar, de l’autre, une comédie bourrée d’humour à s’en tordre de rire. Roger y est pour quelque chose, chacune de ses répliques devenant instantanément culte. En raison également du doublage français à la hauteur de la VO, voire encore meilleure car le lapin qui est le personnage central de l’histoire est ici, bien plus déluré que dans la version originale.

Pourquoi j’aime ce film ? C’est principalement parce que lorsque je regarde Roger Rabbit, je n’ai vraiment pas l’impression de regarder un film pour enfant, et pourtant je suis mort de rire du début à la fin. Les personnages sont excellents, on retrouve les grandes stars de Disney et Warner Bros. qui ont toute leur scène culte. Et oui, Mickey, Bugs, Titi, Donald nous gratifient de purs moments de joie dans leur scènes respectives mais ce n’est qu’une très infime partie du casting ! Enfin, Roger Rabbit est un film qui ne vieillit pas, certes on remarquera certains détails qui font tâches à l’heure actuelle, mais la qualité de l’animation et du jeu des acteurs est telle que ce film nous fait croire à ce duo improbable qu’est Eddy Valiant et Roger Rabbit sans jamais nous détourner de l’histoire.

Le film est donc prévu en Blu-ray pour avril prochain, si vous ne l’avez toujours pas vu malgré le fait qu’il soit rediffusé assez fréquemment à la télévision, je vous invite fortement à vous le procurer. Quant à moi j’hésite toujours à pré-commander le steelbook exclusif au site Zavvi.com qui est de toute beauté parce que je ne sais toujours pas quelles sont les langues disponibles sur le disque. C’est un film qui mérite amplement d’avoir une édition limité alors je vais encore réfléchir… Je vous souhaite à tous une bonne nuit.

[Noël] Millénium de David Fincher en Blu-ray

Si je met autant de temps à vous parler de mes cadeaux de Noël c’est parce que je préfère pouvoir vous parler de quelque chose que je connais. C’est maintenant le cas avec Millénium, le film de David Fincher que je viens tout juste de découvrir.C’est un film que je voulais dans ma collection d’une part parce que j’avais entendu beaucoup de bonnes choses à son sujet, et d’autre part pour le Blu-ray en lui même et son steelbook de toute beauté.

Ce film est l’adaptation américaine d’une série de romans policiers de l’écrivain suédois Stieg Larsson qui a obtenu un très grand succès mondial. Mais cette série de romans avait d’abord eu la chance d’être adaptée en film dans une version danoise avec entre autre comme actrice principale Noomi Rapace (Prometheus). Film qui reçu plusieurs prix et fit l’objet de deux suites.

Millenium afficheMais comme Hollywood adore avoir ses propres versions de films à succès, il n’a pas fallu longtemps pour que se dessine cette adaptation américaine avec pour réalisateur le talentueux David Fincher, et comme acteurs principaux Daniel Craig et Rooney Mara. Je ne pourrai pas comparer vu que je n’avais jamais prit la peine de regarder les premiers films ou lu les romans qui pourtant faisaient parler d’eux depuis des années, mais ce fut un excellent film qui m’a tenu en haleine jusqu’au bout. Bon j’avais des doutes sur l’assassin qui se sont révélés exactes mais quand même, ce n’est pas souvent que je vois ce genre de film et j’ai vraiment accroché du début jusqu’à la fin. Daniel Craig est excellent dans son rôle, c’est un acteur que j’aime beaucoup depuis qu’il incarne le nouveau James Bond, et Rooney Mara est méconnaissable en Lisbeth Salender. Certaines scènes sont très intéressantes, intrigantes et parfois même difficile à regarder. Le tout emballé par une réalisation soignée.

Daniel Craig MilleniumQuant à l’image du Blu-ray, rien à dire, ce film fait office de démo technique, l’image est parfaite, les couleurs et contrastes sont sublimes. Le son est également au top niveau que ce soit en VF ou VO comme le prouve le générique d’introduction avec cette reprise de Immigrant Song de Led Zeppelin. Si vous êtes adeptes du genre policier ce film est fait pour vous, pour les autres rien ne vous empêche d’essayer et de succomber. Moi j’attend maintenant avec impatience une suite avec ci possible le même réalisateur mais ça c’est moins sûr !

Le Hobbit – La dernière sortie ciné de 2012

Il y a un film qui a longtemps fait parler de lui pour de nombreuses raisons. Premièrement parce ce qu’il a fallu énormément de temps pour que le projet voit véritablement le jour, devenant presque une arlésienne pour les fans y comprit pour les acteurs. Ces derniers annoncèrent même de ne plus être sûr d’avoir le temps de participer au projet si celui-ci prenait encore du retard. En définitive, on y croyait plus.

Ensuite ce film n’était autre qu’un nouveau segment d’une grande aventure romanesque réalisé par l’auteur de l’adaptation au cinéma de la première trilogie de livres. En clair après avoir sorti trois films pour trois romans, ce réalisateur comptait sortir non pas un, ni deux mais trois films pour uniquement un seul roman. Mais que diable avait il dans la tête pour imaginer étendre sur trois films de près de 3h un livre pas très imposant.

Tolkien

Enfin, après la couleur et la 3D, ce film serait l’ambassadeur d’une nouvelle technologie consistant à multiplier par deux le nombre d’images par seconde pour une immersion des plus incroyables et une qualité visuelle à couper le souffle. Vous l’aurez bien comprit, le film dont je parle ici est évidemment Le Hobbit de Peter Jackson qui après la trilogie du Seigneur des Anneaux s’attaque à l’adaptation au cinéma d’un autre roman de J.R.R. Tolkien.

On suit donc l’histoire de Bilbon Sacquet s’apprêtant à vivre un voyage inattendu en compagnie d’une joyeuse bande de nains partis reconquérir leur royaume d’antan. Ce voyage les confrontera à de multiples dangers et nous permettra de croiser de nombreuses têtes déjà aperçues dans Le Seigneur des Anneaux.

Bien que j’aime cette première trilogie, je n’ai jamais été un grand fan de ces films qui comportent tout de même de nombreuses longueurs. C’était donc sans impatience que j’attendais la sortie de ce Hobbit que je voulais tout de même voir au cinéma. Tout bonnement parce que c’était le film du moment mais également pour découvrir ce que valait cette nouvelle technologie appelée HFR (High Frame Rate) et qui monte le nombre d’images de 24 à 48 par seconde.

Autant vous le dire tout de suite je suis sorti de la salle plus que convaincu par le film dont je n’espérais rien. Peter Jackson arrive encore à fasciner et à donner l’envie d’en voir plus malgré les 2h40 et les toujours quelques longueurs présentes dans le long métrage. C’est simple tout ce dont j’ai envie à l’heure où j’écris ces lignes c’est de lire le roman pour connaitre la suite. Avouons que Peter Jackson reprend beaucoup de ce qu’il a déjà fait, mais ça marche, et même si suivre cette bande de nains accompagnée de Bilbon reste moins intéressant que de suivre la communauté de l’anneau, l’aventure reste bon enfant et pleine de bons moments. Ce film est également un spectacle visuel de tous les instants notamment grâce à une direction artistique soignée, des effets visuels éblouissants et une 3D bien pensée. Tellement bluffant qu’en faisant la comparaison je trouve les environnements et l’ambiance visuelle du premier volet de la trilogie du Seigneur des Anneaux bien moins audacieux, presque à penser que ce film avait été réalisé avec un petit budget. Je n’ai peut être pas faux mais j’exagère tout de même, je ne retire rien à la qualité de ce film qui date déjà de nombreuses années et il est aussi question de goût, certains préfèreront de vrais plans bruts plutôt qu’une avalanche de CGI mais c’est ce qui m’a le plus attiré dans ce film, cette qualité visuelle tout le long du film.

Passons maintenant au sujet qui fâche, cette technologie tant soutenue par les professionnels d’Hollywood tels que James Cameron ou Peter Jackson lui-même : le passage à 48 images par seconde. Historiquement il avait été convenu que 24 images par seconde serait la norme pour le cinéma pour des questions techniques et économiques, aujourd’hui tourner et diffuser des films à cette vitesse n’aurait plus aucun sens à l’heure du numérique. Le HFR permettrait d’une part de rendre le film encore plus immersif, et d’autre part d’augmenter grandement la netteté des images et de faciliter le visionnage d’un film en 3D.

Alors il est indéniable que cette technologie améliore la netteté des scènes surtout lors des mouvements de caméra où l’on n’observe aucun flou. Mais bien que connaissant déjà le principe vu sur nos TV actuelles j’ai malheureusement été désagréablement surpris lorsque le film à débuté, ma réaction fut tout simplement : « Nan sérieux, ça va pas être comme ça pendant 2h40 ». Il doit y avoir comme raison que notre œil n’est pas habitué mais le rendu global des scènes faisait très téléfilmique, l’action avait l’air d’être accélérée, comme si les déplacements des personnages n’avait rien de naturels. Ce qui devait me plonger encore plus dans le film n’a fait que me détourner de ce qui se passait à l’écran, quelle technologie immersive Monsieur Jackson ! J’en pleure déjà pour le prochain volet d’Avatar qui devrait être réalisé à 60 images par secondes. Au milieu du film il a bien fallu que je laisse de côté ce petit détail pour me concentrer sur l’histoire mais il était difficile de se détourner du problème tant chaque plan rappelait ce dont on avait à faire. Mon avis ? Il faudrait que Le Hobbit soit le premier et dernier film à exploiter cette technologie parce que je ne me vois vraiment pas à l’heure actuelle voir mes films préférés dans cet état qui vient vraiment trancher avec le cinéma de contemplation que je connais depuis mon enfance. J’aimerai vraiment connaître votre avis sur le sujet alors n’hésitez pas à commenter à la suite de cet article.

Peter JacksonFinalement je garde tout de même une très bonne impression générale de ce Hobbit de Peter Jackson, acteurs, ambiance visuelle et sonore, 3D. Quant à la HFR j’apprécie fortement la netteté des scènes mais je n’accroche pas du tout à la fluidité de l’ensemble, pour moi ce n’est malheureusement pas du cinéma comme je le connais. Après peut être qu’il décevra certains fans de la première trilogie pour ce qui est de quelques pompages des points forts des précédents films, en tout cas pour moi, ce film a vraiment sa place dans le top des adaptations de romans d’Heroic Fantasy au cinéma, point final.