Archives du mot-clé critique

Mon avis express sur STAR WARS : Le Réveil de la Force

J.J. Abrams signe avec Le Réveil de la Force un excellent film mais peut être pas un excellent STAR WARS, faute à un manque flagrant d’originalité. On se croirait tout simplement face à l’épisode IV tant le cheminement se révèle identique, heureusement que le scénario nous réserve quelques petites surprises sympathiques, et ce malgré quelques éléments assez gros et que l’on voit venir à 10 kilomètres. Au niveau de la musique c’est un peu pareil, John Williams accompagne chaque scène avec justesse mais aucun thème ne vient transcender le film, ce qui est bien dommage quand on connait le compositeur. Lire la suite Mon avis express sur STAR WARS : Le Réveil de la Force

Mon avis sur Jurassic World de Colin Trevorrow

14 ans déjà que nous n’avions pas eu un film de la saga dinosauresque initiée par Steven Spielberg depuis le 3ème et très moyen Jurassic Park III. La tentation de ressortir des cartons ce genre de franchise à succès, comme ce fut le cas pour Indiana Jones ou Terminator avant cela, est très grande pour les studios qui peuvent à la fois jouer avec la nostalgie d’une partie du public et dans le même temps offrir aux plus jeunes la chance de découvrir un univers qu’ils ne connaissent pas. Mais si la tentation est grande, le risque de décevoir l’est d’autant plus, et Jurassic World est malheureusement le parfait exemple. Lire la suite Mon avis sur Jurassic World de Colin Trevorrow

Mon avis sur Mad Max : Fury Road de George Miller

Il est clair que le film ne plaira pas à tous les spectateurs, mais le cinéphile dépendant de cette drogue qu’on appelle le divertissement d’action, lui va carrément succomber d’une overdose après avoir plané durant les 2h de projection.
Lire la suite Mon avis sur Mad Max : Fury Road de George Miller

Mon avis sur Avengers : L’Ère D’Ultron

Avengers : L’Ère D’Ultron de Joss Whedon avait fort à faire après la réussite du premier volet et la sortie des films de la phase 2 de l’Univers Cinématographique Marvel. Avengers premier du nom avait tout du projet casse gueule mais le réalisateur avait réussi à nous présenter cette équipe de super héros et à donner au tout un semblant de cohérence alors qu’il y avait déjà derrière 5 autres films nous présentant les principaux protagonistes. Avec maintenant pas moins de 10 films que vaut cet Avengers : L’Ère D’Ultron et qu’en est il de cet univers étendu au cinéma ? Mieux vaut avoir vu le film avant de lire la suite de cet avis. Lire la suite Mon avis sur Avengers : L’Ère D’Ultron

Mon avis en étoiles – du 11/02/2014 au 05/03/2014

Je reviens à l’instant de l’avant première de 300 : La Naissance d’un Empire, j’ai vu peu de films au cinéma ces dernières semaines mais j’ai eu l’occasion de redécouvrir sur grand écran Pulp Fiction, une des œuvres phares de Quentin Tarantino, ne vous étonnez donc pas de le voir dans la liste.

Pulp Fiction Note 2.5/5

Même si j’avais plutôt apprécié Django Unchained, les films de Quentin Tarantino ne sont pas du tout ma tasse de thé. On peut reconnaître à ce Pulp Fiction des personnages loufoques parfaitement incarnés par leurs acteurs, des scènes cultes aux dialogues délirants, mais malheureusement cette débauche de dialogues alourdit  considérablement chaque scène du film qui le rend alors presque insupportable.

_________________

La Belle et la Bête Note 3.5/5

Le grand défaut de ce film est de ne pas développer la romance entre les deux personnages principaux, c’est malheureux alors que Disney avait réussi cela parfaitement. Le film reste néanmoins un très beau conte sur grand écran enrichi de merveilleux décors et costumes et avec un Vincent Cassel toujours aussi envoûtant.

_________________

Le Crocodile du Botswanga Note 3/5

Une sympathique comédie qui vous fera passer un agréable moment. Tout est du grand n’importe quoi mais fonctionne bien mieux que dans le nouveau film de Dany Boon. La comédie à aller voir en ce moment.

_________________

300 : La Naissance d’un Empire Note 3.5/5

Bon, il faut aimer 300 et son style bien particulier, c’est évident puisque ce nouveau film propose à l’identique ce que nous avions déjà vu, une fois cela annoncé, les personnages et l’intrigue ne sont peut être pas à la hauteur du premier volet mais 300 : La Naissance d’un Empire reste un parfait cocktail de sexe, de sang et de testostérone qui plaira sans aucun doute aux amateurs de ce genre de divertissement. Un pur défouloir comme j’en vois peu souvent au cinéma.

_________________

Mon avis en étoiles – du 01/01/2014 au 10/02/2014

Du fait que je me rends bien plus souvent au cinéma depuis ce début d’année je voulais inaugurer un nouveau type d’articles me permettant de traiter très rapidement de ces nouvelles découvertes mais également de films moins récents que je viendrai de découvrir ou redécouvrir. Chaque film étant noté basiquement de 0 à 5 avec un très court avis précisant ce que j’aurai aimé ou pas dans le long métrage. J’espère par ce moyen vous donner l’envie de vous déplacer en salle sans trop vous en dire et vous garder la surprise. Je commence tout de suite avec 10 œuvres dont je n’avais pas encore parlé sur le blog.

Le Loup de Wall Street Note 4/5

Leonardo DiCaprio comme toujours exceptionnel dans le rôle de ce courtier en bourse, 3h sans temps mort où se mêlent moments de fou rire, scènes complètements délirantes, drogue, sexe et excès en tout genre. Vivement la version longue de 4h !

_________________

La Vie Rêvée de Walter Mitty Note 2.5/5

La bande annonce donnait envie mais le résultat n’est pas à la hauteur de ce que j’espérais. Le voyage n’est pas aussi exceptionnel qu’annoncé et peu de scènes sortent du lot.

_________________

Don Jon Note 3/5

Un film très plaisant à voir avec de bonnes idées, des personnages sympathiques et une fin inattendue.

_________________

Albator Corsaire de l’Espace Note 2.5/5

Très beau visuellement même si le film n’invente pas grand chose, tout comme pour l’histoire qui calque les mêmes idées que ce que l’on a déjà vu dans d’autres films du même genre. Albator fait trop cliché et aurait mérité des scènes d’action plus ébouriffantes.

_________________

Yves Saint Laurent Note 2.5/5

Les acteurs sont géniaux mais malheureusement on ressort de la salle en se demandant qu’est ce que l’on a vraiment apprit de YSL avec ce film ?

_________________

Le Vent Se Lève Note 3/5

Je n’ai jamais été un grand fan des Ghibli, la magie n’opère pas sur moi, mais tout le long du film j’ai été fasciné par la découverte de la vie de Jirō Horikoshi, malheureusement le film s’avère être d’une longueur inutile et la fin trop vite expédiée sans qu’il ne se passe beaucoup de choses durant le film.

_________________

Twelve Years A Slave Note 4/5

Un film marquant tant le sujet n’avait jamais été abordé ou alors rarement au cinéma. Des scènes d’une violence très réaliste et des acteurs parfaits dans leurs rôles respectifs. A voir mais à ne pas mettre sous les yeux de n’importe qui.

_________________

Robocop (1987) Note 4.5/5

Un des films de mon enfance qui m’aura marqué par sa violence et la classe légendaire de son personnage principal. A part quelques effets qui ont vieilli, le film reste un pur bonheur de cinéphile, un divertissement que l’on ne cesse d’apprécier. Un chef d’oeuvre signé Paul Verhoeven à découvrir ou à redécouvrir.

_________________

Robocop (2014) Note 3.5/5

Alors que le pire était à craindre, José Padilha s’en sort pas trop mal avec ce nouveau traitement de Robocop. Plus un reboot qu’un remake, c’est un très bon divertissement tout public avec une nouvelle intrigue et des personnages traités différemment. Quelques fautes de mauvais goûts et erreurs scénaristiques ne viennent pas entacher cette nouvelle version de Robocop.

_________________

American Bluff Note 3.5/5

Après Happiness Therapy, David O. Russell nous présente sa nouvelle réalisation avec Jennifer Lawrence et Bradley Cooper. 138 minutes c’est peu être un poil trop long, mais les acteurs fascinent et le film nous propose de découvrir quelques scènes bien sympathiques. Rien que les tenues de la charmante Amy Adams valent le détour !

_________________

Mon avis express sur Supercondriaque de Dany Boon

J’ai eu la chance de découvrir avec un mois d’avance la nouvelle réalisation de Dany Boon, outre le fait qu’il soit présent lors de l’avant première, c’est la bande annonce qui m’avait laissé une bonne impression, je serai donc tout de même allé le voir à sa sortie. Au final après un générique plutôt bien foutu, j’ai eu l’impression pendant les premières minutes d’assister à un téléfilm français comme on peut en voir sur TF1 en première partie de soirée. Le personnage de Dany Boon est un grand hypocondriaque qui va en faire voir de toutes les couleurs à son médecin joué par Kad Merad, ici je n’ai rien à reprocher, chacune de ces scènes nous oblige à rire tellement les situations sont drôles. Mais à la moitié du film, l’histoire s’égare dans une intrigue sans queue ni tête où le sujet principal du film n’est plus vraiment présent. Je trouve cela dommage du fait que le film était pourtant bien parti, l’apparition de Valérie Bonneton est excellente, comme celle de Guy Lecluyse. Je ne dirai donc pas que c’est un mauvais film, mais j’attendais quelque chose d’autre que ce retournement de situation, moins loufoque et plus comique.

Note 3/5

Mon avis sur Man of Steel de Zack Snyder

Il faut avouer que DC Comics ne règne pas quantitativement sur l’industrie cinématographique comme le fait Marvel depuis ces dernières années, pourtant nous avons eu le droit à de vraies pépites telles que la trilogie Dark Knight ou encore Watchmen, des films plus sombres et plus originaux au niveau du traitement de leurs personnages. Quant à Superman, sa dernière apparition remonte à 2006 avec le film de Bryan Singer qui se voulait être un hommage à l’oeuvre de Richard Donner, film qui n’a pas vraiment eu le succès critique et commercial escompté. Un film pas forcément mauvais mais qui ne proposait pas grand chose d’inspiré. Il était donc temps pour la franchise de se relever et de fêter dignement les 75 ans du super héros.

Man of Steel 05

Après le succès de la trilogie Dark Knight il était évident qu’il fallait réserver un nouveau traitement au plus mythique des personnages fictionnels américains, quelque chose de plus sombre et de plus mature. Le reboot s’est donc imposé de lui même, et qui mieux que Christopher Nolan pour réaliser ce film ? C’est le premier choix qui est venu à l’esprit des hauts placés de chez Warner et DC Comics mais déjà sur une adaptation de super héros, il ne pouvait en réaliser une autre. C’est donc avec la casquette de producteur que Nolan s’est mis au travail sur la réécriture du mythe avec l’aide des mêmes scénaristes que pour Batman. Zack Snyder qui avait réalisé Watchmen quelques années plus tôt et qui s’en était admirablement bien sorti avec ces comics difficilement adaptables au cinéma, s’est vu attribuer le rôle de réalisateur pour Man of Steel. Avec une aussi bonne équipe à la tête du projet, on ne pouvait espérer que du très bon surtout après une bande annonce qui nous laissait saliver devant notre écran.

Man of Steel 02

Au final, le résultat n’est pas au niveau de ce que l’on pouvait attendre. Certes, Man of Steel est un divertissement explosif qui vient mettre une gifle à pas mal de films Marvel et qui redore le blason du super héros, là où Singer avait enterré un peu plus le personnage. Mais l’oeuvre est tachées par certains défauts qui auraient pu être évités vu les noms que l’on a pas arrêté de voir lors de la production du film. Il est vrai que l’on retrouve plus de Nolan que de Snyder dans ce Man of Steel, mais ce que Nolan avait réussi avec Batman, ne marche pas forcément avec Superman, le scénario ne développe pas du tout ses personnages secondaires, Lois Lane est sous exploitée tout comme Kevin Costner dans le rôle de Jonathan Kent. Certaines banalités viennent amoindrir l’impact du récit et certaines scènes qui auraient pues apporter quelque chose de fort en terme d’émotion sont mal amenées. Je n’ai pas reconnu la réalisation de Zack Snyder dans les scènes d’action, le rythme trop rapide choisi par le réalisateur m’empêche de lire véritablement les combats et de rentrer dedans, il manque les fameux ralentis de Zack qui auraient donnés plus de facilité à la compréhension de ce qui se passe et plus de sensations a chaque coup de poing dans les bagarres. Pour ce qui est du déroulement de l’histoire, le rythme là encore me laisse perplexe, j’approuve l’utilisation des flash-back pour raconter la jeunesse du personnage, c’est quelque chose qui casse les habitudes mais je m’attendais à quelque chose d’autre qui aurait donné plus d’importance à l’initiation du super héros. Les musiques de Hans Zimmer sont toujours aussi bonnes mais il manque un thème principal plus punchy qui aurait accompagné les images, il est vrai aussi que la musique n’est pas toujours bien utilisée.

Man of Steel

Cependant, comme je le disais plus haut Man of Steel donne une gifle aux autres productions grâce à d’évidentes qualités. Premièrement, le mythe a été parfaitement recréé notamment grâce à ce merveilleux premier quart d’heure qui nous dévoile une planète Krypton pleine de vie et visuellement impressionnante avec déjà des séquences de batailles spectaculaires. Ensuite le développement de Clark avec ces flashback casse avec les habitudes et nous propose de découvrir un personnage très loin de ce que nous connaissions auparavant, le costume a été redessiné dans une version moins flashy et plus contemporaine pour satisfaire les réfractaires à la culotte rouge. Le méchant Zod interprété par Michael Shannon est parfait, l’ensemble du casting l’est également même si leurs personnages sont peu développés. Henry Cavill interprête un Superman des temps modernes extrêmement convaincant. Mais ce qui impressionne c’est sans nul doute l’aspect visuel du début à la fin et le débordement d’action. Comment être impressionné après des films comme Avatar ou Transformers ? On sait ce qu’il est possible de faire de nos jours et la destruction d’immeuble est devenue monnaie courante dans les blockbusters actuels, il est loin le temps où Independence Day nous scotchait à notre siège avec toutes ses explosions. Pourtant Man of Steel fait office de vrai Dragon Ball Z en live, avec des combats de titans mémorables comme on en a jamais vu au cinéma, sur terre, en l’air, ou dans l’espace avec destruction de satellite. On en prend pour son argent jusqu’à se dire comment faire aussi spectaculaire dans un prochain film ? C’est justement l’un de ses autres problèmes, la première mission de Superman est de sauver le monde de sa plus grande menace, il aurait fallu calmer le jeu et présenter le personnage comme l’avait fait Nolan dans Batman Begins pour nous proposer quelque chose de mémorable dans sa suite à l’instar de The Dark Knight.

Man of Steel 03

En conclusion Man of Steel était attendu comme un excellent film de super héros, il n’en est qu’un très bon, dommage que l’utilisation des flash-back qui pourtant raconte la jeunesse du personnage vienne alourdir le récit et semble allonger le film. On retiendra un développement des personnages fainéant mais un univers visuel incroyable et de l’action époustouflante qui montre toute l’étendue de ce super héros qu’est Superman. La suite est déjà prévue, Man of Steel faisant office d’ouverture à un univers plus grand regroupant les meilleurs personnages DC Comics, les plus attentifs retrouveront Wayne Enterprises dans le film. La Ligue des Justiciers se met en place et arrivera sans aucun doute dans les années à venir.

Note Man Of Steel

  • Réalisation : Zack Snyder
  • Scénario : David S. Goyer, d’après une histoire de David S. Goyer et Christopher Nolan, d’après sur les personnages créés par Jerry Siegel et Joe Shuster
  • Acteurs : Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon, Kevin Costner, Diane Lane, Russell Crowe, Antje Traue, Ayelet Zurer, Laurence Fishburne, Christopher Meloni
  • Musique : Hans Zimmer
  • Budget : 235 000 000 de dollars
  • Format : couleur — 35 mm, 2,35:1 CinemaScope, 3D
  • Durée : 143 minutes

[Critique] Avatar de James Cameron

Il y a un film qui me passionne depuis sa sortie en salle, un film qui aura engendré en moi une attente insupportable, et qui peut être considéré comme une révolution technologique majeure de l’année 2009. Il tapisse même les murs de mon blog mais je n’en ai jamais vraiment parlé. Ce film c’est Avatar de James Cameron, une très grosse production qui aura demandé beaucoup de travail et de temps et qui restera pour beaucoup un voyage passionnant dans un monde merveilleux.

Avatar Critique (5)

James Cameron est un réalisateur talentueux américain, connu pour des films tels que Aliens, Abyss, les deux premiers Terminator ou encore Titanic, faisant tous partie de mes films préférés. A l’annonce de son dernier projet j’ai commencé à ressentir de l’excitation pour ce qui était déjà décrit comme une révolution cinématographique et James Cameron était attendu au tournant puisque son dernier film datait de 1997. Avatar est une entreprise de près de 14 ans, avant même Titanic il avait eu à l’esprit ce monde merveilleux de Pandora, mais la technologie de l’époque ne lui permettait pas de donner vie à l’histoire et à ses personnages, il a donc rangé sa première version du script pour la ressortir bien des années après. En 2004, après ce qui avait été fait pour le personnage de Gollum dans Le Seigneur des Anneaux, James Cameron décida que le moment était venu pour que son histoire prenne vie. Il aura fallu 5 ans de production et un budget de 460 millions de dollars.

Avatar Critique (6)

Malgré sa paralysie, Jake Sully, un ancien marine immobilisé dans un fauteuil roulant, est resté un combattant au plus profond de son être. Il est recruté pour se rendre à des années-lumière de la Terre, sur Pandora, où de puissants groupes industriels exploitent un minerai rarissime destiné à résoudre la crise énergétique sur Terre. Parce que l’atmosphère de Pandora est toxique pour les humains, ceux-ci ont créé le Programme Avatar, qui permet à des « pilotes » humains de lier leur esprit à un avatar, un corps biologique commandé à distance, capable de survivre dans cette atmosphère létale. Ces avatars sont des hybrides créés génétiquement en croisant l’ADN humain avec celui des Na’vi, les autochtones de Pandora. Sous sa forme d‘avatar, Jake retrouve l’utilisation de ses jambes (ce qui nous gratifiera d’une scène poignante en début d’histoire). On lui confie une mission d’infiltration auprès des Na’vi, devenus un obstacle trop conséquent à l’exploitation du précieux minerai. Mais tout va changer lorsque Neytiri, une très jolie Na’vi, sauve la vie de Jake. Ce dernier va alors se redécouvrir et comprendre qu’il n’est pas forcément dans le bon camp.

Avatar Critique (4)

Après la vision en salle du film, il faut bien le dire tout de suite, c’est pari gagné pour James Cameron qui a su parvenir encore une fois à redéfinir la manière de concevoir et d’appréhender le cinéma. Et qui aura poussé la 3D et la performance capture à son apogée. Poussé par la 3D relief, un sentiment étrange se dégage dès les premières minutes du film, nous sommes sur Pandora et les Na’vi sont réels. On le sent, on y croit. Impossible de croire qu’ils ne le sont pas, les images de synthèses ne sont pas là pour remplacer les acteurs mais elles sont là pour retranscrire 100% de leur jeu, elles agissent comme si ce n’était pour eux qu’une simple extension de leur travail. La technologie permet de construire un monde entier, un écosystème où fourmillent des tas de créatures et de plantes plus loufoques les unes que les autres mais auxquelles on croit dur comme fer. Mais Avatar n’est t’il vraiment qu’une vitrine technologique ? Et bien non, James Cameron montre encore tous ses talents de réalisateurs et de conteur d’histoire. Le scénario d’Avatar bien qu’il puisse faire débat en reprenant des codes simples qui ont été repris maintes et maintes fois au cinéma tel que dans Pocahontas de Walt Disney, a réussi à rassembler des gens de tout âge et de toute origine devant un divertissement le plus total et une aventure épique. James Cameron nous livre une histoire sans audace mais bien mené, ce qui est loin d’être aussi facile que beaucoup le prétendent.

Avatar Critique (3)

Je suis un amateur de scénario bien ficelé, j’aime beaucoup ce que fait Christopher Nolan dans The Dark Knight ou Inception mais il ne faut pas oublier de remettre Avatar dans son contexte. Vu le budget pharaonique dont  James Cameron a eu besoin, Avatar se devait d’être un blockbuster tout public. James Cameron a eu l’audace de nous faire découvrir un nouveau monde très riche, visuellement bluffant qui n’est ni une suite ni une adaptation mais une création complète. Cela ne s’était pas vu depuis de très nombreuses années dans le cinéma populaire. L’histoire aussi bien simpliste que prévisible ne nuit en rien à ce divertissement de 2h40, on ne s’ennui pas même après l’avoir vu de nombreuses fois (Attesté ! Vu 5 fois au cinéma et en 3D). Cameron a limité les risques en n’en prenant aucun du coté du scénario. Il délivre une belle morale, naïve et gentillette, un peu facile mais très positive. Bien sur j’aurais rêvé que son film soit parfait tant sur le plan visuel que scénaristique, mais je suis convaincu que ce sera le cas pour les volets suivants maintenant que les personnages et le monde des Na’vi sont connus de tous.

Avatar Critique (2)

Deux autres versions avec des scènes supplémentaires sont sorties depuis, je conseille la dernière qui apporte vraiment un plus avec des scènes nous permettant de comprendre un peu plus la personnalité de certains personnages, ou d’autres contant des événements que l’on avait pas encore vu. Quoi qu’il en soit Avatar doit être prit comme il est, comme le film de la fin d’année 2009 qui aura bouleversé le cinéma populaire mais peut être pas le cinéma tout court. Avatar reste un très gros produit commercial qui sent bon l’argent pour les producteurs, mais pour moi c’est un des meilleurs divertissements qu’il m’ait été donné de voir depuis des années.

Note Avatar