Archives du mot-clé christian bale

[Arrivage] Coffret Trilogie The Dark Knight en Blu-Ray

Le voilà arrivé le coffret The Dark Knight tant attendu, et que dire à part « Whouah ! ». Warner qui fait quelque chose de bien, c’est rare ! Sublime coffret à la taille Blu-Ray, sobre et à l’image de la saga, avec de très belles illustrations et une matière agréable au toucher. L’impression des disques est également très sympathique, le tout fait preuve d’une grande homogénéité, ce qui faisait cruellement défaut aux produits qui étaient sorti auparavant. Le livre inclus dans le coffret est très mince mais comprend de nombreuses photos des coulisses du tournage et des acteurs, comme je l’imaginais ce n’est qu’un extrait d’un livre bien plus épais et coûteux aux éditions Huginn & Muninn que vous pouvez trouver en suivant ce lien. Maintenant il ne reste plus qu’à regarder les films, je vous laisse avec d’autres photos. Bonne fin d’après midi !

Màj : Après avoir visionné le Blu-Ray de The Dark Knight Rises il faut se rendre à l’évidence, Warner a, comme à son habitude, baclé la sortie de l’édition Blu-Ray en France avec une piste VF décevante. Si vous voulez retrouver l’ambiance sonore comme au cinéma ne vous tournez pas vers la VF qui est extrêmement plate. Ce Blu-Ray ne se regarde malheureusement qu’en VO, avec une piste DTS-HD Master Audio 5.1 qui envoie du lourd et qui m’a redonné les sensations que j’avais eu lorsque j’étais allé voir le film en salle. Bien dommage alors que le doublage VF était très sympathique.

Lire la suite [Arrivage] Coffret Trilogie The Dark Knight en Blu-Ray

Pré-commande Coffret Trilogie The Dark Knight en Blu-Ray

C’est le 28 novembre prochain que sort l’ultime volet de la saga du Chevalier Noir en Blu-Ray. Etant un incontournable fan de la trilogie de Christopher Nolan, je ne pouvais manquer cet évènement pour rien au monde. Ayant pourtant les deux premiers Batman en Blu-Ray j’ai choisi d’acheter ce coffret trilogie incluant les versions collector de chaque film ainsi qu’un livret making of de 64 pages principalement pour uniformiser la collection, en effet Warner ne nous a pas gâté avec les sorties bac des films de la saga, le premier film dans un boitier simple, le second en steelbook et le dernier en édition Warner Ultimate. C’est vraiment bien dommage mais comme la saga version Nolan est terminée, il n’y aura plus de nouvelle édition à acheter, je vais essayer de revendre celles que j’ai déjà.

D’après les premiers tests le Blu-Ray de Dark Knight Rises envoi du lourd mais malheureusement le double format de caméra vient encore gâcher l’immersion dans le film avec ces bandes noires qui apparaissent et disparaissent au fil des scènes. Le film aurait dû être tourné entièrement en IMAX ! Les scènes en 1:44:1 sont époustouflantes et proposent une profondeur de champs exceptionnelle alors que les scènes tournées en 2.35 : 1 Cinemascope bien qu’au top, viennent contraster le tout et nous enlève un peu de la magie du film. C’est une chose qui peut vraiment déranger et qui a commencé avec le Blu-Ray de The Dark Knight, pourquoi ne pas avoir proposé une option qui aurait simplement rajouté des bandes noires pour les cinéphiles les plus difficiles surtout qu’il n’y a aucun changement de format sur les éditions DVD…  Aller vivement quand même que je reçoive ce coffret, il me tarde de revoir le film !

Lire la suite Pré-commande Coffret Trilogie The Dark Knight en Blu-Ray

THE DARK KNIGHT RISES – La critique (plus complète)

Et voilà, la longue attente est terminée, ce film qui faisait tant rêver, cet épilogue spectaculaire a été vu, 2h45 de bonheur qui ont malheureusement prit fin bien trop rapidement. J’ai laissé un peu de temps pour laisser redescendre l’excitation, il est temps maintenant de parler un peu du film, de ce qu’il vaut réellement et s’il est vraiment la conclusion que l’ont rêvait pour la trilogie de Christopher Nolan. Je vais essayer d’aller le plus en profondeur, dans les détails, tout ça avec mes mots, dans deux parties distinctes. La première ne contiendra aucun élément de l’intrigue et sera un condensé de la critique, alors que dans la deuxième partie, je parlerai point par point de ce que j’ai aimé ou pas dans ce film, il y aura évidemment énormément de révélations mais vous serez prévenu en temps et en heure. Bonne lecture !

Alors que vaut The Dark Knight Rises ?

The Dark Knight Rises est le dernier film de Christopher Nolan en rapport avec l’univers Batman, pas besoin de répéter tout ce qui a été dit, il est ici le film qui vient clore une saga commencée il y a 7 ans. Nous avons comme à l’habitude un redoutable casting composé entre autre de Christian Bale, Gary Oldman, Michael Caine, Morgan Freeman, Anne Hathaway, Marion Cotillard et Tom Hardy ! Rien à dire sur l’ensemble du casting qui est juste parfait pour ce film, on mettra un léger bémol à Marion Cotillard qui (peut être parce qu’elle est française et que nous le voyons comme tel) semble parfois peu crédible dans certaines scènes ou ayant un jeu exagéré (peut être aussi la faute à son doublage français), mais ce n’est pas quelque chose qui m’a personnellement perturbé. Anne Hathaway est sublime en Cat pas woman, une version réaliste qui est exactement comme je l’imaginais mais peut être pas assez présente vu la longueur du récit, comme certains autres personnages. Quant à Tom Hardy c’est BANE ! Tout comme il n’y aura plus qu’un seul Joker, il n’y a plus qu’un seul Bane, ce sera Tom Hardy de Christopher Nolan ! Le personnage est bien sur comparé au Joker mais ce n’est pas la même chose, c’est un personnage différent, on peut préférer la remarquable prestation de Heath Ledger mais je serai presque tenté de dire que je préfère ce nouveau Bane. Il a quelque chose de terrifiant, le Joker avait cette imprévisibilité et cette folie mais paradoxalement je savais à quoi m’attendre avec. Tandis que Bane, est un mélange de calme et de brutalité, on ne sait pas ce qu’il pourrait se produire si l’on était face à lui et c’est ce sentiment que j’ai ressenti durant la séance. Ce colosse, cette masse, peut très bien être le plus calme du monde tenant un discours philosophique et à la seconde suivante vous briser la totalité des os du corps, remarquable. Elégance, charisme, classe, force, profondeur. C’est le Bane comme il devrait être dans la BD.

Parlons un peu du film en lui-même, ça ne change pas des autres volets, on a ici un scénario bien ficelé, qui tiendra en haleine avec de multiples rebondissements, bien qu’il y ait quelques longueurs et peut être aussi des problèmes de rythmes et quelques facilités, le récit tiens vraiment la route, on reste captivé mais attention le film est quand même assez différents des deux autres sur beaucoup de points. Lorsque les deux premiers avaient un équilibre entre moments forts et moments plus calmes, celui-ci est pour ma part bien plus calme que les deux autres, en effet, les apparitions de Batman se comptent sur les doigts d’une demie main, tout comme l’action qui n’est pas aussi présente que l’on aurait pu l’imaginer pour un épilogue spectaculaire, le reste du film est chargé d’histoire, d’explications, de liens entre les personnages. On est plus devant Inception au pays de Batman ! Non pas quand même mais le fait que le film dure 2h45 laisse quand même apparaitre fortement les creux entres les différentes scènes importantes. J’aurai aimé que Catwoman servent ici à combler les scènes où on ne voit pas Batman. Mais ce qui engendre bien évidemment une attente autour du Chevalier Noir qui au final rend plus qu’excitant chacune de ses apparitions notamment la toute première, frissons garantis !

Au final est ce l’épilogue spectaculaire de la saga du chevalier noir tant attendu ? Et bien je dirai que oui ! L’attente a été peut être trop importante mais le résultat n’est en aucun cas décevant, le film est autre chose, il s’éloigne énormément de la BD mais vient pourtant compléter à merveille les deux premiers films. On est plus devant l’adaptation du comic book, mais bien devant la vision du Dark Knight version Nolan. Les scènes d’actions sont épiques, la musique à couper le souffle, combien de fois j’ai eu les poils dressés sur tout le corps ! Et la fin sans être magistrale ni extrêmement surprenante vous laissera cloué au fond de vos sièges. C’est un film qui ne se concentre pas uniquement sur un personnage mais qui en développe beaucoup plus, chacun prend de l’importance tout au long du récit pour nous conduire jusqu’à la fin. Ce n’est pas un film sur Batman mais sur Bruce Wayne. La pré fin est peut être trop vite expédiée, le film a peut être ses défauts, mais à l’heure actuelle difficile pour moi de dire s’il est moins bien que les deux précédents, il est en tout cas ce que j’attendais et ce que les fans méritaient. Christopher Nolan ne s’est pas moqué de nous et nous montre encore toute l’étendue de son génie avec ce dernier volet, je resterai scotché par la cohérence de ces 3 épisodes et la profondeur des personnages et des liens entre eux. Un héros torturé, un parcours initiatique fascinant, une aventure sombre, l’épisode spectaculaire de la saga du chevalier noir !

A suivre la seconde partie de la critique qui va détailler au maximum les points forts et les points faibles que j’ai pu trouver à cet épisode, spoilers garantis, alors si vous ne voulez pas vous gâcher votre film, le reste de l’article est à fuir comme la peste, mais vous pouvez toujours revenir après être allé au cinéma !

Bane le bad guy de ce film !

Comme il a été dis au dessus, Bane est ici lé méchant qu’il fallait, l’acteur est excellent et la performance exceptionnelle. Le personnage gagne en profondeur et même en émotion. Ce n’est pas un personnage sans âme, c’est le protecteur de Talia, qui éprouve de l’amour pour elle. Le problème est le retournement de situation qui vient positionner Bane comme second vilain, il se retrouve ensuite expédié trop rapidement. Je suis sorti de la salle, je n’avais plus aucun souvenir de la mort de Bane, ah oui ! C’est Catwoman qui l’explose en un tir lorsque Batman est sur le point de creuver ! Bane aurait quand même mérité une meilleure fin alors que chacune de ses apparitions est un régal.

Alfred vous êtes viré !

Une déception c’est la non présence d’Alfred durant la plus grande partie du récit. Alfred est l’allié par excellence de Batman, pour moi on ne peut pas dissocier les deux, ici il se retrouve vite exclu de l’histoire et on ne le retrouve qu’à la fin. On s’écarte beaucoup de la BD en effaçant un personnage principal, mais ses apparitions gagnent en émotion il faut l’avouer, le peu de temps qu’Alfred est là, il n’est pas là pour rien. Dommage mais bon c’est comme ça.

Le film le plus éloigné de Batman

Comme dit précédemment, Nolan ici s’écarte beaucoup de l’histoire originale et de la BD, les noms sont reprit du livre papier et de la série animée, mais on a affaire à autre chose. Talia et Catwoman c’est exactement le contraire de ce qu’on aurait pu prévoir. J’aurai crié au scandale il y a quelques années, infidélité ! Mais ici ça ne me pose pas le moindre problème, au contraire je me laisse emporté par le sort réservé à chacun des personnages. Gordon découvrant l’identité de Batman est un régal, tout comme cette fin avec où Bruce se retrouve avec Selina plutôt que Talia.

La première apparition de Batman !

La chair de poule, un régal de mise en scène, une attente qui monte crescendo et une apparition en fanfare avec la musique de Hans Zimmer. J’adore ces passages là, lorsque l’on sait ce qu’était Bruce Wayne quelques minutes auparavant, presque handicapé. Il remet la cape après une phase de « rééducation » et aidé par divers gadgets pour tenir sur ses jambes. Ce n’est plus le Batman que l’on connait, encore autre chose. Mais les minutes qui suivent sont encore plus impressionnantes avec l’apparition du Bat. Moment qui restera peut être mon préféré dans toute la trilogie.

Le combat Bane VS Batman

Que dire si ce n’est exceptionnel, deux brutes qui s’affrontent, une seule issue, Batman se rend compte qu’il n’est pas de taille et se fait sévèrement malmener. Je ne me rappelle pas d’avoir vu un combat comme celui là dans beaucoup de films de super héros. Mais de toute façon ce n’est pas un film de super héros, c’est encore autre chose, avec Christopher Nolan, ça n’a rien à voir avec ce qu’on a l’habitude de voir, et c’est ça que j’aime !

Le Tumbler a Batman n’est plus là !

Chose triste, je n’ai pas assez eu de course poursuite en Batmobile ! Il y a bien sur le Bat et le Bat pod mais ce ne sont pas le Tumbler. Après une course poursuite excellente dans le premier, et vraiment peu d’apparition dans le second, j’attendais quelque chose d’inoubliable dans le 3. Mais aucune apparition ! Batman n’a plus envie de conduire ! On aura le droit à la voiture de Bane mais bon, elles seront vite défoncées par le duo BatCat. Dommage.

La pré fin à la 24h Chrono

Ca ne m’a pas gêné sur le moment mais en y repensant, j’ai l’impression que Nolan est allé reprendre la fin d’un épisode classique de la série phare d’il y a quelques années. Un pauvre compte à rebours, une bombe qui risque de faire exploser toute la ville, et pourquoi ce compte à rebours ? J’ai peut être pas tout comprit mais la bombe n’est pas censée être instable et peut exploser n’importe quand dans les 5 mois ? Pourquoi alors le compte à rebours arrive t’il jusqu’à zéro ? Ca n’a pas l’air si instable que ça tout compte fait. On se doute bien que la bombe ne va pas détruire la ville, que par une pirouette tout le monde va s’en sortir. Il y a cette bombe, Bane qui crève en un quart de seconde alors que c’était un mur de béton, et Talia fraichement découverte qui ne va en fait que conduire un camion puis creuver elle aussi lamentablement. Le dernier combat contre Bane n’était pas exceptionnel, elle aurait pu prendre le relais, peut être contre Catwoman, pour montrer que elle aussi elle en avait dans le ventre (en l’occurrence ici elle n’avait plus rien dans le ventre mais tout un peu plus haut, petite blague à destination du DJ d’Ibiza et d’une Catwoman en herbe ! Piouuuu). Une pré fin peut être bâclée qui aurait du être un peu moins téléphonée à l’image des deux précédents films.

Mais une fin inoubliable

Alors oui Batman ne meurt pas ! On y croit quelque secondes mais en fait il a survécu et vit maintenant des jours heureux en Italie avec Selina Kyle. On a quand même le droit à la fin épique tant attendue, le sacrifice de Batman, la révélation à Gordon, le peuple qui retrouve la confiance en Batman et se rappellera pour toujours ce qu’il a fait et la relève… Joseph Gordon Levitt qui est excellent dans ce film j’ai oublié de le préciser, encore un acteur génial, va devenir la relève de Batman, il a les épaules pour et les mêmes convictions. Ce petit clin d’œil avec le nom de Robin aurait dû être plus subtil, j’aurai même préféré qu’il s’appelle Damian, on aurait pu faire un lien père-fils, mentor-élève qui n’aurait été perceptible que par les vrais connaisseurs. Ici Robin, c’est un peu passe partout. Et puis j’avoue, je n’aime pas Robin ! En tout cas extrêmement content que la trilogie se termine de cette manière. Je n’aurai pas aimé qu’il vive tout simplement, j’ai été prit par son sacrifice et l’émotion autour de son enterrement, mais extrêmement ravi et content pour Alfred (qui lui était touchant dans chacune de ses scènes) que Batman s’en soit sorti et que finalement, ce qu’il avait tant rêvé se produise finalement. Bruce vit enfin sa propre vie au côté de la personne qu’il aime. Batman quant à lui s’est sacrifié pour Gotham mais le symbole est toujours là, la relève est sur le point d’arriver !

L’épilogue spectaculaire de la saga du chevalier noir ?

Oui ! Des longueurs certes, pas réellement de fidélité avec la BD, mais disons que les films, l’histoire et les personnages en imposent tellement que au final on s’en bat les couilles que ce ne soit pas fidèle. En revoyant Batman Begins on comprend que Christopher Nolan est un génie, quelque chose de vraiment prenant c’est ce lien entre le premier et le dernier film, Bruce enfant tombe dans ce puits infesté de chauve souris, son père vient le secourir et lui dit que l’on tombe pour mieux apprendre à se relever. Il devient ensuite Batman après son initiation mais restera hanté par ce rêve. Dans The Dark Knight Rises, Batman va se retrouver pendant des mois au fond d’un puits, va continuer d’être hanté par ce même rêve, mais décidera de se relever justement en sortant de ce puits. The Dark Knight rises ! Il serait un acte criminel pour celui qui a vu les premiers films et qui a aimé de ne pas aller le voir au cinéma.  C’était ça l’évènement de l’année 2012 ! Bien que l’on puisse vraiment tirer son chapeau à Avengers qui était l’autre film incontournable de l’année. The Dark Knight Rises est ce qu’on a attendu depuis des années. Inoubliable !

THE DARK KNIGHT RISES – Encore une grosse semaine à attendre !

Je ne vous le cacherai pas, en ce moment je suis obnubilé [déf: Privé de discernement, de lucidité, d’une manière obsédante.] par Batman ! Je compte les heures qui me séparent de LA sortie cinématographique de ce mois de juillet. The Dark Knight Rises, le dernier volet de la trilogie de Christopher Nolan sort le 25 juillet prochain et s’annonce comme l’épilogue spectaculaire de la saga du Chevalier Noir. J’en ai déjà parlé dans un précédent article, mais avec son casting extraordinaire, son ambiance très sombre et très éloignée des films de super héros d’aujourd’hui et sa mise en scène de polar noir, cette saga est devenue en quelques années un monument du genre au cinéma. Battant tous les records avec The Dark Knight, ce dernier volet pourrait bien mettre une branlée au score au Box Office de The Avengers tant l’attente est immense autour de ce dernier film.

Attention à ceux qui n’auraient pas encore vu les deux premiers films ! Spoilers Inside !

Cela fait huit ans que Batman a disparu dans la nuit, passant, à cet instant précis, d’un héros à un fugitif. Assumant la responsabilité de la mort du procureur Harvey Dent, le Chevalier Noir a tout sacrifié, car lui et le commissaire Gordon espéraient qu’ils le faisaient pour le bien de tous. Pendant un moment, le mensonge a fonctionné, et la criminalité à Gotham City a été écrasée par la loi Dent contre le crime organisé. tout va changer avec l’arrivée d’une cambrioleuse agile et féline dont le but est encore mystérieux. Mais l’émergence de Bane reste bien plus dangereuse. Ce terroriste masqué aux projet impitoyables pour Gotham va faire sortir Bruce de son exil. Mais même s’il porte à nouveau la cape et le masque, Batman pourrait bien ne pas être au niveau de Bane. L’histoire se déroule donc bien après les évènements de The Dark Knight, ce que j’attend impatiemment c’est de retrouver ces personnages que nous avions laissé il y a déjà 4 ans et notamment Batman et James Gordon qui ont un lien vraiment très intéressant dans ces films. En regardant hier le deuxième épisode, j’ai été pris de frissons avec cette fin épique, où Batman qui veux que le crime ne s’abatte plus sur Gotham décide de prendre sur lui les meurtres de Harvey Dent et de devenir un fugitif, l’ennemi public numéro 1.

Bruce comprend que pour arriver à ce pourquoi Batman existe, il doit faire d’énormes sacrifices et être vu comme un hors la loi plutôt qu’un justicier (Ne plus avoir les principes qui font de lui un être peu redouté par les grands criminels de Gotham). Alors que Batman s’enfuit, poursuivi par la police, et soutenu par une composition à couper le souffler de Hans Zimmer, Gordon se lance dans un monologue qui vient appuyer encore plus la scène et nous scotcher à notre siège. « Parce qu’il est le héros que Gotham mérite, mais pas celui qu’il faut à ses citoyens. Alors on va le traquer car il est capable de l’endurer. Parce que ce n’est pas un héros. C’est un ange gardien silencieux. Un protecteur vigilant. Un chevalier noir ! » ET le générique prend place. Je me souviens avoir applaudi lorsque les lumières se sont allumées tellement le truc était puissant. Encore aujourd’hui cette fin me fait frissonner, c’est tellement bon des films de ce genre !

Et je n’ai parlé que de la relation entre Batman et Gordon ! Ces deux là peuvent compter l’un sur l’autre, Batman sait à quel point cet homme de loi est droit, alors que Gordon qui a laché ses chiens et doit maintenant le traquer, sait à quel point Batman est une personne sur qui on peut compter et que Gotham lui doit beaucoup. Mais on peut aussi dire beaucoup de choses sur les liens qui unissent Bruce et Alfred.

L’attente est aussi immense à cause de Bane qui est ici LE villain de 2012. Malgré que le personnage soit aussi charismatique qu’une tranche d’emmental, et que les tristes souvenirs du film Batman & Robin soient toujours présents, Christopher Nolan en a fait, un personnage en béton armé, épais tant physiquement que dans sa psychologie : une brute qui va se révéler être l’adversaire ultime du Caped Crusader mais aussi un redoutable stratège avec un plan bien précis et bien organisé. Tom Hardy est ici saisissant rien qu’à la vue des bandes annonces et divers spots TV. Sans faire oublier la performance de Heath Ledger, Hardy va peut être ici imposer Bane comme le méchant inoubliable de la saga Batman.

Le reste du casting fait également rêver, je suis impatient de retrouver Anne Hathaway en Catwoman, choix qui semblait peut être inapproprié lors de l’annonce officielle, mais qui devient de plus en plus évident à l’approche de la sortie du film. Je tombe encore plus amoureux de cette actrice à chacune de ses apparitions. Que dire de Joseph Gordon Levitt qui a ici le rôle secret de The Dark Knight Rises, tout laisse à croire que ce flic ne sera pas un opposant à Batman, et peut être bien sa relève !!! Il y a également beaucoup de surprises sur lesquelles on peux compter, comme des apparitions des personnages des autres films et de nouveaux personnages pas encore dévoilés.

Mais par dessus tout, ce qu’il me plait dans cette saga c’est son ambiance, son style, la noirceur de l’univers. Il suffit juste de plonger ses yeux dans le regard de Batman pour comprendre ce qu’il ressent et ne faire qu’un avec lui. Bruce Wayne n’est que son masque, Batman est son vrai lui, l’individu qui était là depuis le meurtre de ses parents et qui n’a surgit qu’au retour de Wayne à Gotham. Dans The Dark Knight Rises c’est Batman qui va devoir encore plus se sacrifier et peut être également devoir donner le sacrifice ultime. Comme le dit Selina : « You don’t owe these people anymore. You’ve given them everything.” et Batman répond « Not everything. Not yet. » Sérieusement et en restant poli, ça me trou le cul d’entendre ça. C’est ce genre de phrases chocs bien distillées dans la promotion qui rendent le film encore plus épique et l’attente encore plus importante et difficile. Quant à la musique assurée par l’excellent Hans Zimmer, je suis déjà conquit, il suffit juste d’écouter le morceau « Imagine The Fire » pour avoir les poils dressés sur tout le corps. Oui je suis fan, et jusqu’au bout. Je me suis rappelé il y a peu de temps qu’avant d’être fan de Spider-Man je suis un fan inconditionnel du chevalier noir. Ce n’est pas avec Spider-Man que j’ai grandi mais avec Batman, grâce aux films de Tim Burton et à la série animée qui était également époustouflante et qui surpasse de loin toutes les productions animées occidentales d’aujourd’hui ! J’ai grandi en me prenant pour Batman, déguisé comme lui, à acheter tous les produits dérivés. Spider-Man n’a été que la relève obligée en 2002 alors que la franchise Batman battait de l’aile et était sur le point de mourir notamment avec les films de Schumacher. C’est au final pour cela que j’attend ce Dark Knight Rises, parce que je suis fan ! Le film durera 2h45, alors accrochez vous bien parce qu’on est pas près de revoir un film comme ça de si tôt ! Moi je suis déjà ready, 2h45 ca n’me fait pas peur même s’il fallait tenir sur une main tout le long de la séance ! N’hésitez pas à revenir sur le blog durant la semaine, y’a de grandes chances que je comble l’attente en écrivant ! Bonne nuit !

TV Spot Catwoman