Archives du mot-clé avis

Mon avis sur Fast & Furious 5 de Justin Lin

C’est après 12 ans d’existence de la série Fast & Furious au cinéma que je me suis décidé à regarder un premier épisode de cette saga bourrée de testostérone et de belles carrosseries. Pour moi, Fast & Furious était le genre même de film pour kékés décérébrés montrant de belles voitures tunés et des filles portant des short au raz de la biiiiip. De plus je ne me suis jamais intéressé à Vin Diesel, le trouvant aussi charismatique qu’une huître, euh, qu’un pneu de voiture plutôt. Mais pourtant… Avec tous les très bons avis au sujet des derniers épisodes il fallait que je vois par moi même que valait cette franchise. J’ai donc commencé par l’épisode 5, celui qui a rapporté le plus de recette au Box-Office et le plus de critiques positives. Après un rapide coup d’œil sur l’histoire des 4 premiers films pour ne pas me sentir largué par des visages inconnus, j’ai placé mon Blu-ray dans le lecteur, me suis installé confortablement, et laissé entraîner par « la famille » !

Fast & Furious 5 01

Depuis que Brian O’Conner (Paul Walker) et Mia Toretto (Jordana Brewster) ont extirpé Dom (Vin Diesel) des mains de la justice, ils ont dû franchir de nombreuses frontières pour échapper aux autorités. Retirés à Rio, ils sont contraints de monter un dernier coup pour se faire blanchir et retrouver leur liberté. Ils se constituent une équipe d’élite, réunissant les meilleurs pilotes, conscients que leur seule chance d’être acquittés pour bonne conduite nécessite une confrontation avec l’homme d’affaires véreux qui souhaite les voir morts. Mais il n’est pas le seul à leurs trousses. L’impitoyable agent fédéral Luke Hobbs n’a jamais loupé sa cible. Affecté à la traque des fugitifs, lui et son équipe de choc élaborent un implacable dispositif d’assaut destiné à les capturer. Passant le Brésil au crible, Hobbs réalise combien la frontière qui sépare les bons des méchants est ténue. Il doit alors s’en remettre à son instinct pour acculer ses proies et éviter qu’un autre ne les débusque avant lui.

Fast & Furious 5 02

Le film commence sur les chapeaux de roues avec une évasion somme toute surprenante mais spectaculaire, à l’image de ce qui nous attend avec le reste du film. Très vite on retrouve Vin Diesel pour une opération à haut risque, bien que je n’aime pas cet acteur, dans ce film, il a une certaine présence dans le rôle du gentil bouledogue et presque l’aura d’un Schwarzenegger lors de sa première apparition. Vin Diesel et ses compères doivent sortir des voitures d’un train en marche, la scène est vraiment impressionnante et bien trouvée, à partir de là j’étais déjà convaincu. Le film est généreux en scènes d’actions et de destructions massives, notamment avec la fin et cette course poursuite hors norme dans les rues de Rio. C’est justement l’un des points forts de ce film, l’action décomplexée parfois improbable mais qui nous laisse toujours scotché à notre siège. J’avoue que je suis difficilement impressionnable avec le cinéma d’aujourd’hui étant donné tout ce qui a déjà pu se faire, mais objectivement, toutes ces scènes d’actions sont incroyables.

Fast & Furious 5 03

Mais Fast & Furious 5 ce n’est pas que ça, c’est aussi un peu un descendant de la série de Ocean’s avec George Clooney ou de Mission Impossible mais en version automobile. Le film se la joue casse du siècle à haut risque où Vin Diesel devra se trouver une équipe capable de déjouer tous les pièges sur leur route, comptez donc sur la présence d’un peu tout le casting des précédents volets, tout comme celle de Dwayne « Ne m’appellez plus The Rock » Johnson dans la peau du super flic que rien n’arrête et qui nous vaudra une bonne scène de baston et une superbe course poursuite. Le casting n’est pas en reste pour la partie féminine avec la présence également de Jordana Brewster, Elsa Pataky et Gal Gadot interprétant respectivement les personnages de Mia Torreto, Elena Neves et Gisèle Harabo. Pour les friands de belles carrosseries, mais féminines cette fois, quelques plans vous réjouirons, mais c’est assez expéditif.

Fast & Furious 5 04

De ce film il y a donc peu de choses à dire hormis que c’est une réussite pour son réalisateur Justin Lin, et un très bon spectacle pour nous. Tous s’y retrouveront, amateurs de belles voitures, de films burnés, d’action décomplexée, de courses poursuites et de jolies filles. Cet épisode me donne même l’envie de me mettre à jour et de voir l’intégralité de la saga. Fast & Furious 6, actuellement au cinéma est apparemment une réussite également, j’attendrai sans doute le Blu-ray mais si les volets suivant (qui ne sont plus réalisés par Justin Lin) sont toujours d’aussi haut niveau, pourquoi ne pas aller les voir au cinéma. Très content que ce film fasse partie de ma collection !

Note Fast5

Mon avis sur Une Nuit en Enfer de Robert Rodriguez

Aussitôt échappés de prison, les frères Seth et Richard Gecko entament une cavale sanglante au cours de laquelle ils braquent une banque et tuent plusieurs personnes, notamment à cause du comportement psychotique de Richard. Cherchant à gagner le Mexique, ils prennent en otage Jacob Fuller, pasteur en pleine crise de foi, et ses deux enfants Kate et Scott. Cachés dans le camping-car de la famille Fuller, ils parviennent à passer la frontière mexicaine et n’ont alors plus qu’à attendre l’arrivée de leur contact Carlos qui leur a fixé rendez-vous dans un bar de routiers et dont le nom est Titty Twister. Le cauchemar ne fait que commencer.

Une Nuit en Enfer 01

Le film commence plutôt pas mal, on retrouve la touche de Quentin Tarantino qui a écrit le scénario du film et qui joue également le personnage de Richard Gecko, c’est à dire un univers déjanté, des dialogues percutants et une bonne dose d’hémoglobine. Le duo Clooney/Tarantino est formidable, complètement loufoque, l’interprétation barrée de Tarantino y est pour quelque chose. On suit alors leurs aventures qui les mèneront au bar sans se douter de ce qui va arriver dans la deuxième partie du film. Ne cherchez pas une once d’intelligence ou de cohérence dans cette deuxième partie, on entre dans une succession de scènes toutes droit sorties des pires films d’horreur des années 80-90 avec un humour totalement dingue. On ne comptera pas les giclées de sang, les empalements et décapitations, on assiste là à une vraie boucherie plaisante et jouissive. Les effets spéciaux datés viennent également appuyer le côté kitsch et démodé du film.

Une Nuit en Enfer 02

Il est clair qu’Une Nuit en Enfer ne plaira pas à tout le monde, c’est typiquement le film où il vous faut laisser votre cerveau de côté. Pour ma part, moi qui ne savait pas du tout à quoi m’attendre, je me suis plutôt bien amusé avec cette deuxième partie du film. Robert Rodriguez signe là un hommage aux films de séries B horrifiques, laissant place à un humour obscène et gras jouissif au possible. A conseiller à tous ceux qui ne se prennent pas la tête en regardant un film.

Note Une Nuit en Enfer

Mon avis sur Paul de Greg Mottola

Paul est une sorte de road movie de science-fiction déjanté de Greg Mottola avec Simon Pegg, Nick Frost et Jason Bateman. Depuis 60 ans, Paul, un extraterrestre, vit sur Terre et collabore avec le gouvernement américain, il est à l’origine de toutes les inventions que nous connaissons y comprit dans le monde de la littérature et du cinéma. Malheureusement, maintenant que le gouvernement lui a soutiré toutes les informations sur ses origines, ils décident de se débarrasser de lui. Paul s’échappe du complexe militaire et va se retrouver sur la route de deux nerds attardés qui vont lui proposer de lui venir en aide. De folles aventures commencent pour les trois compères.

Paul 01

La force principal de ce film est son humour décapant qui m’aura fait mourir de rire tout au long du visionnage, la vedette est ici Paul, un extraterrestre complètement loufoque fumant de la beuh et qui ne cesse de montrer ses fesses à tout va. Toutes ses répliques sont instantanément cultes (un bravo à Philippe Manœuvre, doubleur français de Paul qui rend chaque dialogue carrément dingue). La scène où Spielberg (le VRAI Spielberg en VO qui joue le jeu et se moque de lui même) appelle Paul pour avoir des idées de scénario, mais ne comprend rien à ce qu’on lui dit, est vraiment géniale. Le film est un petit plaisir de geek, les clins d’œil sont nombreux et les plus connaisseurs reconnaîtront le thème de la cantina dans la scène du bar qui finira en pugilat comme dans Un Nouvel Espoir.

Paul 02

Au fil de leurs aventures les trois déjantés vont croiser la route de différents protagonistes encore plus fous les uns que les autres (la jeune fille prude dont rien n’ébranle sa foi qui va se mettre à dire des tas d’insanités et vouloir forniquer à tout va, ou les officiers de police complètement idiots). On retrouvera également à la fin du film une guest star de marque dont j’avais reconnu la voix française mais à laquelle je ne croyais pas sa présence, excellent !

Paul 03

On aurait aimé encore un peu plus de références au monde des geeks ou un retournement de situation à la fin un peu mieux amenés, mais Paul est vraiment un film qui donne un grand plaisir en le voyant. J’en redemande, rien que pour l’extraterrestre et ses répliques cultes.

Note Paul

Mon avis sur Mission Impossible 3 de J.J. Abrams

Me voilà à la fin de mon périple Mission Impossible la trilogie, cette série qui à chaque film porte l’essence même de son réalisateur. M:I:III comme il est nommé officiellement ne fait pas exception à la règle, ceux qui connaissent le travail de J.J. Abrams (que je ne présente plus puisqu’il est LE réalisateur du prochain Star Wars) ne seront pas étonné de retrouver entre autre ces merveilleux lens flare, mais qui contrairement à Super 8 ne viennent pas salir l’image, c’est plutôt bien intégré à la scène.

Mission Impossible 3 01

Ethan Hunt espérait avoir tourné une page en quittant le service actif de la Force Mission Impossible (FMI) pour un poste de formateur : pouvoir enfin mener une vie « normale » et se consacrer tout entier à sa ravissante épouse Julia. Mais lorsque Lindsey, la plus brillante recrue de la FMI, chargée de surveiller Owen Davian, un redoutable trafiquant se fait capturer à Berlin, Ethan se sent moralement obligé de lui porter secours.

Mission Impossible 3 02

La vérité avec ce film c’est que je ne sais que dire tellement il est maîtrisé de bout en bout, il n’y a aucun temps mort tout au long des 126 minutes, l’univers est abordé de manière réaliste, je veux dire par là que à l’inverse du second volet et dans la même optique que Protocole Fantôme, rien n’est là au hasard, pas de cascades folles, une histoire plus terre à terre (j’ai beaucoup apprécié de voir comment fonctionne chaque gadget). Les scènes d’action vont à un rythme frénétique et captivent, les acteurs sont au top, comme toujours Tom Cruise interprète son rôle à la perfection, Laurence Fishburne fait un passage remarqué, difficile de savoir s’il est du bon ou mauvais côté, mais c’est ici Philip Seymour Hoffman qui se distingue par sa folie et son charisme. L’interrogatoire en ouverture du film donne le ton, inquiète autant qu’il donne des frissons. On retrouve même l’essence de la série télévisée dans certaines scènes. Le tout est emballé d’un joli aspect visuel très sy-fy comme on à l’habitude avec les films d’Abrams et d’une musique parfaitement en adéquation avec les images.

Mission Impossible 3 03

Le plus étonnant est encore qu’en voyant le film, je me suis dit « ah ça c’est bien du J.J. Abrams, il refait les même choses que dans ses précédents films », hors, le détail est ici que Mission Impossible 3 est LE premier film de J.J. Abrams. Connaissant pourtant sa filmographie, à aucun moment du visionnage je n’ai percuté que cela pouvait être sa première réalisation. Impressionnant ! Je ne suis pourtant pas un fan inconditionnel du cinéaste mais objectivement il faut avouer que ce dernier sait comment on fait du cinéma. Je me tâte si je ne devrais pas aller voir en salle le prochain Star Trek !

Note MI3

Mon avis sur Mission Impossible 2 de John Woo

L’agent Ethan Hunt est chargé de retrouver un virus nommé « la Chimère », tombé aux mains d’un certain Sean Ambrose, un ancien agent et collègue d’Ethan. Pour ce faire, ce dernier est secondé dans sa tâche par 2 autres agents : Luther Stickell et un certain William Baird. Ethan a par ailleurs rallié à sa cause Nyah Nordoff-Hall, l’ancienne petite amie de Sean

Mission Impossible 2 02

Après avoir redécouvert le premier épisode mis en scène par Brian De Palma, je continue mon marathon Mission Impossible avec le second volet cette fois ci réalisé par le Hongkongais John Woo. A nouveau, le film porte la marque de fabrique de son cinéaste, tout comme De Palma tournait son récit autour de la manipulation d’une fort bonne manière, on retrouve ici tout ce qui est cher à Woo autant dans l’aspect mélodrame romantique que dans l’aspect visuel, tout y est, ralentis, lunettes, gunfights chorégraphiés et même les colombes remplacés par des pigeons pour l’occasion. Alors qu’en est il finalement ?

Mission Impossible 2 03

Le point fort de cette série c’est que chaque épisode fonctionne par lui même et porte la marque de son auteur, les fans de John Woo seront aux anges, le film fait office dans sa deuxième partie de film à grand spectacle entre action décapante et explosions à gogo. Même si de premier abord cette mise en scène parait à double tranchant, les excès de cascades un peu trop too much peuvent faire sourire par moment mais le résultat fonctionne plutôt assez bien dans l’ensemble si l’on considère ce second épisode comme un spectacle comme je l’ai dit précédemment. Le film ayant tout de même de sacrés atouts tels que la sublime Thandie Newton qui ravira le regard des messieurs dans la scène de la baignoire, mais également la musique du toujours grand Mr Hans Zimmer (Qui fait un peu toujours la même chose avouons le ! J’ai entendu dans MI2, un air plus que ressemblant d’une future musique du film Man of Steel, mais bon, le plus important reste que cela colle avec les images !).

Mission Impossible 2

Mais ce film n’est pas exempt de défauts, le problème majeur vient de la première partie du récit et cette fausse romance entre les personnages de Tom Cruise et Thandie Newton qui parait hors de propos et assez inintéressante, je n’ai pas reconnu avec cette première partie le Ethan Hunt que j’avais découvert dans le premier épisode. Ensuite même si l’utilisation des masques permet de créer de bons rebondissements, le réalisateur semble s’être tourné vers la facilité, comment régler une situation sans s’embêter…

Mission Impossible 2 04

Comme je l’avais dit dans un autre article Mission Impossible 2 n’est peut être pas le meilleur volet de la série mais ne démérite pas face à ses concurrents, le film parait en retrait de la saga à cause de certains choix mais un fan de John Woo trouvera son bonheur, tandis que les autres verront un très bon film d’action à grand spectacle.

A noter que le Blu-ray fait un peu pal figure, l’image accuse le poids des années et n’est pas vraiment au top pour le support, ce que je comprenais pour le premier épisode, mais ici j’ai légèrement été choqué… Et aussi le brushing toujours impeccable de Tom Cruise, en montant certaines scènes ensemble on pourrait facilement faire une pub pour L’Oréal. Sans oublier Tom Cruise doublé cette fois ci par Yvan Attal, après Patrick Poivey dans le premier épisode, on retrouvera Jean-Phillipe Puymartin (actuelle voix française de Tom Cruise mais également doubleur depuis des années de Tom Hanks) dans le 3ème volet, jamais Tom n’aura eu le même doubleur dans cette trilogie !

Note MI2 copy

Mon avis sur Jack Reacher de Christopher McQuarrie

Jack Reacher est un film policier américain coécrit et réalisé par Christopher McQuarrie. C’est l’adaptation cinématographique du roman Folie furieuse (One Shot) de Lee Child paru en 2005, 9e tome des aventures de Jack Reacher. Ce dernier, un ancien flic au sein de l’armée, est appelé à la rescousse par un ancien soldat sniper, James Barr, arrêté pour le meurtre au fusil de cinq personnes qui n’ont apparemment aucun lien entre elles… Helen Rodin, brillante avocate et accessoirement fille du procureur, est chargée de la défense de Barr. Elle et Jack, qui sont pourtant loin d’avoir les mêmes motivations, vont s’associer afin de découvrir, à eux deux, la vérité.

Jack Reacher 02

Allons tout de suite dans le vif du sujet, le film est en demi teinte, la première partie sert à la présentation de l’intrigue générale et des personnages, mais semble provenir d’un mauvais téléfilm. Rien ne se détache, l’histoire trop simple peine à convaincre, aucun des acteurs ne se distinguent, même Tom Cruise a du mal à être crédible dans son rôle de super soldat qui arrive à résoudre n’importe quelle situation, et ce n’est pas la charmante Rosamund Pike et ses mamelles qui vont sauver quoique ce soit. Tout est surjoué, même le tueur est une tête à claque. Entre vannes de piètre qualité (ex: « Je m’appelle Sandy » ; Tom Cruise : « Sandy quoi ? Sandy kilo ? ») et situations improbables SPOILER Après la course poursuite entre Tom Cruise et une escouade de flics, celui ci s’en sort en se cachant parmi des civils qui lui tendent une casquette, pour ma part un gars qui se fait poursuivre par des dizaines de flics, je me méfie un tant soit peu de ce possible meurtrier ou je ne sais quoi, à moins que ce soit ses amis du ghetto  Tom Cruise fini par prendre un bus et se barre alors que les policiers sont à quelques pas de lui, mais c’est quoi ces incapables ? La voiture du suspect est à 10 mètres  personne ne pense à vérifier le seul bus qui s’en va ou à installer à périmètre de sécurité ? C’est quand même absurde ! SPOILER on se demande ce que Tom fait dans ce film.

Jack Reacher 01

Le tout est sauvé au final par la deuxième partie grâce une course poursuite maîtrisée et une intrigue qui se veut un peu plus complexe qu’au départ. Le tout est un peu plus punchy, notamment la fin, mais toujours rien de transcendent. Je crois malheureusement que s’il n’y avait pas eu Tom Cruise, le film serait passé inaperçu. Je m’attendais à quelque chose de plus poussé, je me suis même imaginé une sorte de Drive avec Mr Mission Impossible, la faute à la bande annonce cinéma et la seule course poursuite du film qui est presque entièrement présente dans cette dernière. Tant pis ! On ne peut pas gagner à chaque fois Tom

Mon avis sur Django Unchained de Quentin Tarantino

Tout ce que je peux dire c’est que je n’ai jamais été un grand fan de Tarantino, je n’ai pas vu beaucoup de ses films, Pulp Fiction ne m’a pas marqué et je me suis énormément ennuyé devant Inglourious Basterds où les acteurs ne font que parler parler parler parler… C’était donc avec beaucoup d’appréhension que je me suis décidé à regarder Django Unchained, dernière oeuvre du réalisateur qui à reçu un très bon accueil de la presse et du public. Je voulais savoir si ce film valait la peine de dépenser son argent…

Django Unchained Avis (1)

En 1858, dans le Sud des États-Unis, deux ans avant la guerre de Sécession, un ancien dentiste allemand reconverti en chasseur de primes, le Dr King Schultz, libère Django, un esclave, et le forme afin de lui permettre de l’assister dans une mission, puis, pour le remercier, décide de l’aider à libérer sa femme des mains de Calvin Candie, un riche et impitoyable propriétaire terrien du Mississippi.

Django Unchained Avis (1)

Dès l’apparition du logo Columbia, on rentre tout de suite dans le délire du réalisateur, un bon vieux western comme autrefois. Après un générique toujours à l’ancienne, présentant une tripotée d’esclave, voilà qu’arrive Christoph Waltz sur son chariot (son monologue de 10 minutes dans Inglourious Basterds revient hanté mon esprit !), première scène premier dialogue, jusqu’à ce qu’il sorte son flingue, et là, whouou ! Génial !

Django Unchained Avis (3)

A partir de ce moment, l’histoire se met en place et le duo Waltz/Jamie Foxx  en met plein la vue, avec des scènes et dialogues hilarants et des gunfights décomplexés et bien sanglants. Jusqu’à l’apparition de Leonardo DiCaprio, un de mes acteurs favoris qui est ici encore extra dans son rôle de Calvin Candie, un raciste plus que détestable et narcissique. La prestation des acteurs est vraiment géniale, DiCaprio fait vraiment peur par moment. Le problème réside au niveau du rythme du film (qui dure tout de même 2h44) dès lors que les personnages prennent la route de Candyland, le tout est plus posé mais jamais ennuyant, jusqu’à la « fin » du film où tout explose dans tous les sens, extrêmement jouissif et délirant.

Django Unchained Avis (2)

Ce film m’a également permis de prendre conscience de ce que fut l’esclavage en Amérique à cette époque. Malgré de nombreux films traitant du sujet, ce n’est que celui ci qui m’a ouvert les yeux, peut être que les autres prenaient trop position contre l’esclavage et ne permettaient pas de se mettre à la place des personnages. En regardant Django Unchained, je me suis demandé comment était il possible que cela soit arrivé, de simples hommes qui étaient considérés comme de la marchandise, à qui on aurait donné la liberté mais qui auraient été regardé comme des rats et aussitôt ré-enchaînés… Incroyable ! Spike Lee s’était fendu d’un commentaire qui m’avait étonné avant de voir le film déclarant que ses ancêtres étaient noirs et que le film était irrespectueux envers eux et qu’il n’irait pas le voir. Le film bien que très violent et aux dialogues crus n’est jamais une ode à l’esclavage, bien au contraire !

??????????????????????????

Malgré une durée un peu longue, j’ai beaucoup apprécié cette oeuvre, la grande force à ses dialogues, à la performance des acteurs et aux scènes de gunfight, Quentin Tarantino remonte dans mon estime et Inglourious Basterds s’efface peu à peu de mes souvenirs. J’ai maintenant envie de me replonger dans Pulp Fiction pour me rafraîchir la mémoire.

Note Django