Archives du mot-clé avis

Mon avis express sur Supercondriaque de Dany Boon

J’ai eu la chance de découvrir avec un mois d’avance la nouvelle réalisation de Dany Boon, outre le fait qu’il soit présent lors de l’avant première, c’est la bande annonce qui m’avait laissé une bonne impression, je serai donc tout de même allé le voir à sa sortie. Au final après un générique plutôt bien foutu, j’ai eu l’impression pendant les premières minutes d’assister à un téléfilm français comme on peut en voir sur TF1 en première partie de soirée. Le personnage de Dany Boon est un grand hypocondriaque qui va en faire voir de toutes les couleurs à son médecin joué par Kad Merad, ici je n’ai rien à reprocher, chacune de ces scènes nous oblige à rire tellement les situations sont drôles. Mais à la moitié du film, l’histoire s’égare dans une intrigue sans queue ni tête où le sujet principal du film n’est plus vraiment présent. Je trouve cela dommage du fait que le film était pourtant bien parti, l’apparition de Valérie Bonneton est excellente, comme celle de Guy Lecluyse. Je ne dirai donc pas que c’est un mauvais film, mais j’attendais quelque chose d’autre que ce retournement de situation, moins loufoque et plus comique.

Note 3/5

Mon avis express sur Philomena de Stephen Frears

Bandeau

Philomena de Stephen Frears c’est l’histoire vraie de Philomena Lee, une femme ayant accouchée à l’adolescence et qui part à la recherche de son fils de 50 ans qu’on lui a retiré quelques années après sa venue au monde. On suit donc avec intérêt cette aventure façon road movie à la fois captivante et révoltante par le portrait peint des religieuses de l’époque et de leur croyances. Le tout est porté par un duo improbable composé de Judi Dench que vous connaissez pour son rôle de M dans les derniers James Bond, qui peut nous faire rire comme nous émouvoir durant le film et Steve Coogan que je ne connaissais pas mais qui joue formidablement bien le rôle de Martin Sixmith, un ex-journaliste de la BBC. C’est un film que je vous conseille vivement de découvrir, surtout que les 98 minutes passent comme une lettre à la poste.

Note 4/5

Mon avis express sur Amazonia de Thierry Ragobert

Amazonia

L’idée de découvrir l’Amazonie en 3D laissait rêveur, de plus le petit capucin en tête d’affiche était tellement mignon qu’il était difficile de résister. Ce documentaire sous forme de film nous raconte l’histoire d’un jeune singe capucin né en captivité qui se retrouve seul au cœur de la forêt amazonienne, c’est donc grâce à son voyage que nous découvrirons en grande partie la faune de cette région du globe. Le soucis est qu’ici, ni dialogue, ni narrateur, on assiste à une longue succession de plans parfois bien rendus en 3D et d’autres fois où la 3D est imperceptible. Ce film d’une heure et demie semble durer plus de deux heures et l’ennui s’installe. Le petit singe est l’atout du film, tellement mignon qu’il vous fera parfois rire. Le film n’est pas indigeste, cela reste beau à regarder mais la présence d’un narrateur aurait vraiment aidé à ne pas s’ennuyer. A voir une fois…

Note 2.5/5

Mon avis express sur Hunger Games : L’Embrasement de Francis Lawrence

Hunger Games L'Embrasement

Pour ce week end ciné, le film du moment à aller voir était bel et bien le nouvel épisode de la saga Hunger Games. Je n’avais pas été convaincu par le premier volet que je voyais comme un Battle Royale édulcoré et sans grand intérêt. Ce second film relève le niveau en posant dès le début les enjeux de l’intrigue, chaque personnage à son intérêt, et les acteurs sont plutôt bons, dommage cependant que Woody Harrelson soit moins présent que dans le premier film. Après cette longue première partie, nous revoilà dans les jeux, même s’il n’y a toujours pas d’hémoglobine, il faut avouer que le spectateur restera plongé dans l’histoire en se demandant quel sens va prendre la situation, la grande déception est que le film se termine à l’image du livre, en nous laissant sur notre faim et sans rien nous apprendre d’extravagant. Dommage encore mais ce deuxième volet aura plus ouvert mon intérêt que le premier film, on attendra la suite pour en savoir plus !

Note 3/5

Mon avis express sur Thor : Le Monde des Ténèbres de Alan Taylor

Thor Le Monde des Ténèbres

C’est au tour du dieu d’Asgard de revenir dans les salles obscures pour la phase 2 des films Marvel visant a préparer l’arrivée du nouveau Avengers, mais que vaut ce nouveau film ? Le premier n’avait pas eu le succès mérité, je pensais que le second allait être décevant après des rumeurs de projections tests désastreuses mais il n’en est rien. Thor 2 est un film très sympathique malgré ses quelques défauts comme son intrigue un peu brouillon et quelques personnages creux, le personnage de Jane Foster ne sert pas à grand chose. Thor : Le Monde des Ténèbres s’inscrit bien dans la continuité des précédents films Marvel avec quelques parallèles avec les autres super-héros. On retiendra des effets visuels spectaculaires et un combat de fin assez original. Rien à dire sur la musique de Brian Tyler, le même compositeur que pour Iron Man 3, serait ce le nouveau compositeur des films Marvel ? Cependant j’avouerai que ma préférence reste pour le premier épisode qui se passait en majeure partie sur Terre et qui avait quelque chose de plus amusant. Restez bien après le générique de fin, il y a une deuxième scène secrète qui pour le coup est totalement en rapport avec l’histoire du film, alors pourquoi l’avoir mis à la fin du générique justement ?

Note 3/5

Mon avis sur La Reine des Neiges de Disney

La Reine des Neiges à ne pas confondre avec La Princesse des Glaces ^^ est le 53ème film d’animation des studios Disney, il est inspiré du conte de Hans Christian Andersen publié en 1844. Le film raconte l’histoire de deux sœurs, Elsa, reine d’Arendale qui détient d’étranges pouvoirs depuis sa naissance et qui se retrouvera obligée de fuir son royaume pour éviter de blesser sa sœur Anna. Cette dernière partira à la recherche de l’exilée et découvrira de nombreux personnages.

Frozen (3)

Grand fan de Raiponce pour ses personnages, sa bonne humeur et ses chansons. Je ne savais pas à quoi m’attendre de ce film jusqu’à ces dernières semaines notamment grâce aux nombreuses critiques élogieuses. Il faut dire que Raiponce avait placé la barre très haute et était devenu un classique dès sa sortie ! Et ce n’est pas l’ambiance de Noël ou la présence de Dany Boon qui me donnaient l’envie de découvrir le film, mais plutôt la promesse d’avoir un Disney comme dans mon enfance. Il faut le dire tout de suite, même si le film n’égale pas Raiponce à mon avis, La Reine des Neiges est bien un Disney comme on est en droit d’attendre et relève considérablement le niveau après un Les Mondes de Ralph assez moyen.

Frozen (2)

Saluons avant tout l’ensemble du casting français qui fait du très bon boulot et notamment Dany Boon qui sonne comme la seule voix possible pour le bonhomme de neige Olaf. Toutes ses apparitions sont à mourir de rire. Les chansons sont nombreuses et 2 ou 3 titres vous resteront en tête longtemps après la sortie de la salle. Quant à l’animation, rien à dire, tout est parfait et plus fin que les dernières productions Disney. Le scénario réserve de petites surprises mais reste relativement conventionnel, il parlera aux petits comme aux grands.

Frozen (1)

La Reine des Neiges s’inscrit donc dans la continuité des œuvres Disney est fait véritablement office de film familiale de fin d’année. Même s’il est toujours difficile de rivaliser avec des chefs d’œuvres comme Le Roi Lion ou La Belle et la Bête, ce n’est pas tous les jours que l’on a la chance de découvrir  une production de ce niveau, je vous conseille donc fortement de vous rendre dans le cinéma le plus proche de chez vous !

Note Jeune & Jolie

Mon avis sur Gravity de Alfonso Cuarón

Gravity est un film OVNI, qui est arrivé d’un coup et qui n’a cessé de faire parler de lui durant ces derniers mois. Il ne m’avait pas réellement interpellé, c’est seulement lorsque les premières critiques sont arrivées sur la toile le désignant unanimement comme une très grande oeuvre que je me suis intéressé à la bande annonce. En effet, pour beaucoup, Gravity marque un nouveau tournant dans le cinéma à l’instar d’Avatar, qu’en est-il au bout des 1h30 de projection ?

Je ne sais pas par où commencer, je n’ai même pas envie de vous raconter quelques lignes de l’histoire pourtant très simple, puisque que c’est en allant au cinéma (presque) vierge de toute information que j’ai trouvé mon plaisir à découvrir le film. Sachez juste qu’après un grave incident dans l’espace, les membres restants de la mission spatiale destinée à réparer un télescope devront trouver le courage et la force de retourner sur Terre. Sandra Bullock et George Clooney qui sont les personnages principaux du film jouent leur rôle parfaitement bien, j’ai redécouvert Sandra Bullock que j’ai connu dans Speed, sérieusement, je ne me rappelle pas l’avoir vu dans un autre film depuis toutes ces années !

La première qualité de Gravity est que l’on passe par tellement d’émotions que l’on ne ressort pas de la salle sans garder en mémoire toutes les scènes du film, tantôt la larme à l’œil dans les moments émouvant, tantôt les mains agrippées au fauteuil lors des moments de tension, ou alors les yeux émerveillés lors des scènes plus calmes et nous dévoilant l’espace comme on l’avait encore jamais vu au cinéma. Je ne me suis tout simplement pas ennuyé pendant toute la séance et c’est avec plaisir que je pourrai revoir ce film encore, encore et encore…

La seconde est évidemment son aspect visuel maîtrisé, tout parait réel, on se croit véritablement à des centaines de kilomètres de la Terre en compagnie des astronautes. La 3D relief est tout bonnement indispensable pour ce film, elle renforce durant la quasi totalité du film l’immersion du spectateur, avec des bons effets de jaillissement qui pourront en surprendre plus d’un. C’est ici que le film marque un tournant dans le cinéma, puisque Alfonso Cuarón, le réalisateur du 3ème Harry Potter ou du Fils de l’Homme, a du trouver de nouvelles méthodes pour travailler puisque le film est composé presque entièrement d’images générées par ordinateur, parfois les acteurs étaient suspendus à des filins dans un cube très réduit, d’autres fois seuls leurs visages étaient filmés pour ensuite pouvoir les intégrer sur des acteurs virtuels. C’est en cela que Gravity dépasse ce qui avait été fait jusqu’à présent dans le cinéma moderne.

Je finirai simplement sur l’ambiance générale qui vous prend aux tripes, on a souvent vu lors de la promotion ou dans les critiques, « Gravity un film dont vous ne vous remettrez pas ! » Je trouvais cette phrase un peu folle et surréaliste et pourtant en y repensant, il est vrai que d’une façon ou d’une autre Gravity vous marquera à jamais, que ce soit pour l’atmosphère sonore très pesante, son scénario et ses rebondissements ou pour l’émerveillement visuel qui découle de chaque plan. Je n’ai absolument rien à reprocher à ce film c’est pour cela que je lui accorde la note maximale, je vous conseille très sérieusement d’aller découvrir ce film sur grand écran et en 3D, dans d’autres conditions je suis sur que vous louperez les qualités évidentes de l’oeuvre et la force de sa mise en scène. Tout simplement génial, le meilleur film sur l’espace qu’il m’ait été donné de voir !

Note Gravity

Mon avis sur Jeune & Jolie de François Ozon

Aujourd’hui, petite sortie ciné inattendue, j’ai découvert un film bien différent de ce que j’ai l’habitude de voir dans les salles obscures et c’est bien pour cette raison que j’y suis allé. Depuis que j’avais vu la première bande annonce ce film m’avait intrigué, j’avais envie de le découvrir, surtout après les éloges de la presse. Et c’est ce matin que j’ai trouvé dans ma boite e-mail, la newsletter hebdomadaire des cinémas Gaumont avec les nouveaux films à l’affiche, et je me suis dit « et pourquoi pas ?« 

Jeune & Jolie 01

Jeune & Jolie s’était fait remarquer à Cannes cette année, en effet le film de François Ozon, à qui l’on doit Huit Femmes ou Swimming Pool, faisait parti de la sélection officielle du Festival de Cannes 2013, il traite d’un sujet assez tabou, celui de la prostitution chez les jeunes étudiants. Ici, on suit l’histoire d’Isabelle, une jeune femme de 17 ans qui après avoir connu son premier amour en vacances, se découvre un plaisir inavouable, le plaisir de faire des rencontres et de donner son corps contre de l’argent. Isabelle vit donc une double vie et fera des rencontres diverses qui l’affecteront d’une manière ou d’une autre.

Jeune & Jolie 04

Avant tout il faut saluer l’interprétation de Marine Vacth qui crève l’écran, jamais le personnage principal n’aura porté aussi bien le nom du film ! Elle est tout simplement merveilleuse, un regard fascinant, une sensibilité et une réserve que l’on arrive à percevoir. Isabelle encore très jeune, veut se livrer à des expériences, pas pour l’argent mais pour le frisson ressenti à chaque fois qu’elle frappe à la porte d’un client qui l’attend. J’ai complètement été envoûté par l’actrice dans le film, elle irradie chaque plan et à la sortie de la salle de cinéma « J’ai eu envie de recommencer » comme le dirait Isabelle. Mais même si Jeune & Jolie repose en (très) grande partie sur son actrice principale, les autres acteurs sont tout aussi bons dans leur rôle respectif, j’ai trouvé que Géraldine Pailhas jouait parfaitement son rôle de mère, le beau-père est un peu en retrait mais ses quelques apparitions ne m’ont pas déplues. Quant au jeune frère d’Isabelle, ce que j’ai aimé c’est la relation qu’il entretient avec elle, une relation comme on aimerait tous avoir avec un frère ou une sœur à qui l’ont dit tous ses secrets.

Jeune & Jolie 02

Le réalisateur François Ozon nous livre un film sans jugement et sans provocation, la nudité n’y est pas outrancière et dessert le long métrage. La mise en scène est parfaite, on ne se sent pas coupable d’assister à la vie sexuelle du personnage, certains plans mériteraient à eux seuls de devenir une photographie à part entière. L’histoire reste assez sous exploitée, ce qui pousse Isabelle à se prostituer n’est pas clairement présenté et on aimerait en apprendre davantage sur les liens entre les personnages mais l’envoûtement était total et ce, encore une fois grâce à l’actrice principale du film Marine Vacth mais également grâce aux très belles musiques de Françoise Hardy.

Jeune & Jolie 03

Jeune & Jolie fut pour moi un vrai rafraîchissement dans ce cinéma que j’ai l’habitude de voir, bourré de blockbusters américains à effets spéciaux et scénarios identiques. Il est rare aussi que je m’intéresse aux films français, celui-ci traitait de quelque chose d’intriguant, mais il y a un film que j’attends encore de voir depuis longtemps, l’Arnacoeur avec Romain Duris et Vanessa Paradis, peut être le verrai-je bientôt ? Pour terminer, je ne pourrai que vous recommander de vous y intéresser, nous étions peu nombreux dans la salle pour le jour de la sortie et contrairement à ce que j’aurai pensé, ce sont plutôt des personnes du troisième âge qui m’accompagnaient, dont deux couples de mamies. J’ai même réussi à percevoir quelques bribes de leurs impressions « il faudrait maintenant analyser la psychologie du personnage ! L’actrice jouait vraiment magnifiquement bien« , ces quelques mots m’ont fait sourire, preuve que le film ne les a pas rendu indifférentes, pour moi, il était comme je l’attendais. Dans tous les cas j’espère que le succès sera au rendez vous et que le film profitera d’une sortie Blu-ray, je serai client !

Note Jeune & Jolie

Mon avis sur Dragons de Dean DeBlois et Chris Sanders

Il m’arrive assez peu souvent de regarder des films d’animations, il y a bien sur les incontournables de l’âge d’or Disney que j’ai vu des dizaines de fois tels que La Belle et la Bête ou Le Roi Lion que je pourrai encore revoir inlassablement, j’affectionne également la série des Toy Story ou plus récemment Raiponce qui m’a replongé dans la magie de mon enfance. Mais je ne suis finalement pas un grand adepte de ce genre de films, Le Monde de Nemo ou Monstres et Cie ne m’ont pas intéressé plus que cela, et je ne connais rien de ce qui est étranger à Disney. Oubliez donc Shrek, Madagascar et autres, je ne les ai jamais vus… Pourtant Dragons, une production DreamWorks a fait assez de bruit pour arriver jusqu’à mes oreilles, les retours étaient très positifs et le succès au rendez vous. Il était temps, après 3 ans de retard comme à mon habitude, de poser mes yeux sur cette œuvre et de vous faire part de mon verdict.

Dragons DreamWorks 01

Dragons est un film d’animation américain en images de synthèse, réalisé par Dean DeBlois et Chris Sanders. Il est inspiré du roman pour enfant de Cressida Cowell publié en 2003 et traduit en français en 2005 sous le titre « Comment dresser votre dragon« . L’histoire se situe sur l’île de Berk, où vivent des Vikings. Sur cette île, les principales activités sont : la chasse, la pêche, les couchers de soleil, mais surtout… les combats contre les dragons. En effet, ceux-ci viennent régulièrement piller le village. Harold est le fils du chef des Vikings, Stoïck, mais il n’a ni la carrure ni la façon de penser d’un vrai Viking, au grand désespoir de son père. Il s’apparente plus à un inventeur. Lors d’une attaque, Harold se décide à capturer un dragon à l’aide d’une de ses machines, alors qu’il s’apprête à lui donner la mort, le jeune Viking n’en trouve pas la force et libère ce monstre incompris.

Dragons DreamWorks 02

Dès le départ nous avons le droit à un aperçu des personnages et de leur vie sur l’île suivi d’une grande attaque de dragons. La scène nous plonge directement dans l’action et est accompagnée de musiques en parfait accord avec les images, comme pour tout le reste du film. En effet, rien de mieux qu’une bande originale de cette qualité pour que le visionnage soit un réel plaisir. L’aspect visuel est très intéressant, les personnages comme les créatures ont leur design qui leur est propre, les Vikings ont un design qui me fait beaucoup penser à ce qui s’était fait dans Rebelle et qui confère justement au film cet aspect guerrier très intéressant. Quant aux créatures, leur look singulier et loufoque nous laisse difficilement croire que ces créatures soient des mangeurs d’hommes et c’est bien là la réussite. Le tout est vraiment très beau et nous gratifiera de superbes scènes aux décors merveilleux. Les personnages manquent peut être de charisme, mais sont finalement assez attachants, surtout Krokmou, le dragon de Harold. Les doublages sont plutôt bons, il est vrai que la voix de Titeuf pour le personnage principal agace un peu, mais son père est doublé par la voix française de Russell Crowe et de La Bête, la classe quoi ^^.

Dragons DreamWorks 05

Le film ne souffre d’aucun temps mort, l’histoire prend tout autant d’importance que l’action, on retrouve un héros tête brulé comme à la grande tradition des Disney tels que Aladdin ou Le Roi Lion, Harold véritable handicapé social va peu à peu monter les échelons et devenir un jeune homme respecté de tous, les scènes de l’apprentissage avec Krokmou et celles dans l’arène sont très bien amenées et donnent encore plus d’importance à l’histoire. Les scènes d’action comme je l’ai dit plus haut ne sont pas en reste et rivalisent avec d’autres superproductions animées. Le combat de fin est énorme, certains passages me rappellent également Avatar, ce qui est loin d’être une mauvaise chose ! ^^.

Dragons DreamWorks 03

En conclusion, ce fut une très bonne surprise que de découvrir cette œuvre signée DreamWorks Animation. Dragons s’élève au niveau des superproductions Pixar et ne manque pas de qualités. Histoire, aspect visuel, musiques, tout est parfaitement en accord pour nous divertir tout au long des 1h30 du film. Un second volet est en préparation et sortira en juillet 2014, je réserve déjà mon ticket.

Note Dragons

Mon avis sur La Môme de Olivier Dahan

La Môme est un film que j’ai découvert dans un bus, à 2h du matin, pendant le trajet qui m’amenait vers mes vacances en Espagne, il y a de cela quelques années déjà. Le visionnage dans un bus n’étant pas des plus conseillés pour apprécier un film, j’ai tout de même été happé par l’histoire et l’interprétation de Marion Cotillard. Hier, pour la troisième fois, j’ai décidé de le revoir, c’est pour cela que je vous en parle aujourd’hui.

La mome

Edith Giovanna Gassion (connue sous le nom d’Edith Piaf) n’a pas vraiment eu la vie en rose, entre la perte de sa fille à 2 ans ou encore celle de son grand amour Marcel Cerdan, celle que l’on appelait la môme n’a pas eu une vie facile. C’est ce côté dramatique de son histoire que le réalisateur Olivier Dahan a choisi de nous raconter grâce à un montage original non chronologique qui nous fait voyager dans le temps et nous laisse découvrir les moments clés de la vie de la chanteuse.

« Si un jour la vie t’arrache à moi 
Si tu meurs que tu sois loin de moi 
Peu m’importe si tu m’aimes 
Car moi je mourrais aussi… » 

Extrait de L’Hymne à L’Amour

Ce que j’apprécie avec ce genre de biopic c’est de découvrir une époque et des personnages que nous n’aurions pu connaitre autrement. Décédée en 1963 à l’âge de 47 ans (bien avant ma génération) elle a pourtant laissé une empreinte indélébile à la chanson française. Tout le monde connait Edith Piaf, mais qui connait réellement le personnage ? Comme ce fut le cas avec Cloclo, ce film est l’occasion de découvrir plus que la chanteuse, un personnage tourmentée par la vie et joué magnifiquement par une Marion Cotillard qui s’est métamorphosée pour incarner l’artiste et vivre son rôle.

La mome 2

Les 2h20 du film passent sans que l’on s’en aperçoive au fil des très belles mélodies telles que l’Hymne à L’Amour, Milord ou Non, Je ne regrette rien. Le réalisateur nous offre également de très beaux moments de cinéma, ou certains vraiment poignants comme la disparition de son amour de toujours. Une oeuvre bouleversante qui nous laisse voyager à travers la vie d’une femme devenue un mythe qui malgré les difficultés n’a cessé d’aimer.

Note La Mome