Archives du mot-clé action

Mon avis sur Man of Steel de Zack Snyder

Il faut avouer que DC Comics ne règne pas quantitativement sur l’industrie cinématographique comme le fait Marvel depuis ces dernières années, pourtant nous avons eu le droit à de vraies pépites telles que la trilogie Dark Knight ou encore Watchmen, des films plus sombres et plus originaux au niveau du traitement de leurs personnages. Quant à Superman, sa dernière apparition remonte à 2006 avec le film de Bryan Singer qui se voulait être un hommage à l’oeuvre de Richard Donner, film qui n’a pas vraiment eu le succès critique et commercial escompté. Un film pas forcément mauvais mais qui ne proposait pas grand chose d’inspiré. Il était donc temps pour la franchise de se relever et de fêter dignement les 75 ans du super héros.

Man of Steel 05

Après le succès de la trilogie Dark Knight il était évident qu’il fallait réserver un nouveau traitement au plus mythique des personnages fictionnels américains, quelque chose de plus sombre et de plus mature. Le reboot s’est donc imposé de lui même, et qui mieux que Christopher Nolan pour réaliser ce film ? C’est le premier choix qui est venu à l’esprit des hauts placés de chez Warner et DC Comics mais déjà sur une adaptation de super héros, il ne pouvait en réaliser une autre. C’est donc avec la casquette de producteur que Nolan s’est mis au travail sur la réécriture du mythe avec l’aide des mêmes scénaristes que pour Batman. Zack Snyder qui avait réalisé Watchmen quelques années plus tôt et qui s’en était admirablement bien sorti avec ces comics difficilement adaptables au cinéma, s’est vu attribuer le rôle de réalisateur pour Man of Steel. Avec une aussi bonne équipe à la tête du projet, on ne pouvait espérer que du très bon surtout après une bande annonce qui nous laissait saliver devant notre écran.

Man of Steel 02

Au final, le résultat n’est pas au niveau de ce que l’on pouvait attendre. Certes, Man of Steel est un divertissement explosif qui vient mettre une gifle à pas mal de films Marvel et qui redore le blason du super héros, là où Singer avait enterré un peu plus le personnage. Mais l’oeuvre est tachées par certains défauts qui auraient pu être évités vu les noms que l’on a pas arrêté de voir lors de la production du film. Il est vrai que l’on retrouve plus de Nolan que de Snyder dans ce Man of Steel, mais ce que Nolan avait réussi avec Batman, ne marche pas forcément avec Superman, le scénario ne développe pas du tout ses personnages secondaires, Lois Lane est sous exploitée tout comme Kevin Costner dans le rôle de Jonathan Kent. Certaines banalités viennent amoindrir l’impact du récit et certaines scènes qui auraient pues apporter quelque chose de fort en terme d’émotion sont mal amenées. Je n’ai pas reconnu la réalisation de Zack Snyder dans les scènes d’action, le rythme trop rapide choisi par le réalisateur m’empêche de lire véritablement les combats et de rentrer dedans, il manque les fameux ralentis de Zack qui auraient donnés plus de facilité à la compréhension de ce qui se passe et plus de sensations a chaque coup de poing dans les bagarres. Pour ce qui est du déroulement de l’histoire, le rythme là encore me laisse perplexe, j’approuve l’utilisation des flash-back pour raconter la jeunesse du personnage, c’est quelque chose qui casse les habitudes mais je m’attendais à quelque chose d’autre qui aurait donné plus d’importance à l’initiation du super héros. Les musiques de Hans Zimmer sont toujours aussi bonnes mais il manque un thème principal plus punchy qui aurait accompagné les images, il est vrai aussi que la musique n’est pas toujours bien utilisée.

Man of Steel

Cependant, comme je le disais plus haut Man of Steel donne une gifle aux autres productions grâce à d’évidentes qualités. Premièrement, le mythe a été parfaitement recréé notamment grâce à ce merveilleux premier quart d’heure qui nous dévoile une planète Krypton pleine de vie et visuellement impressionnante avec déjà des séquences de batailles spectaculaires. Ensuite le développement de Clark avec ces flashback casse avec les habitudes et nous propose de découvrir un personnage très loin de ce que nous connaissions auparavant, le costume a été redessiné dans une version moins flashy et plus contemporaine pour satisfaire les réfractaires à la culotte rouge. Le méchant Zod interprété par Michael Shannon est parfait, l’ensemble du casting l’est également même si leurs personnages sont peu développés. Henry Cavill interprête un Superman des temps modernes extrêmement convaincant. Mais ce qui impressionne c’est sans nul doute l’aspect visuel du début à la fin et le débordement d’action. Comment être impressionné après des films comme Avatar ou Transformers ? On sait ce qu’il est possible de faire de nos jours et la destruction d’immeuble est devenue monnaie courante dans les blockbusters actuels, il est loin le temps où Independence Day nous scotchait à notre siège avec toutes ses explosions. Pourtant Man of Steel fait office de vrai Dragon Ball Z en live, avec des combats de titans mémorables comme on en a jamais vu au cinéma, sur terre, en l’air, ou dans l’espace avec destruction de satellite. On en prend pour son argent jusqu’à se dire comment faire aussi spectaculaire dans un prochain film ? C’est justement l’un de ses autres problèmes, la première mission de Superman est de sauver le monde de sa plus grande menace, il aurait fallu calmer le jeu et présenter le personnage comme l’avait fait Nolan dans Batman Begins pour nous proposer quelque chose de mémorable dans sa suite à l’instar de The Dark Knight.

Man of Steel 03

En conclusion Man of Steel était attendu comme un excellent film de super héros, il n’en est qu’un très bon, dommage que l’utilisation des flash-back qui pourtant raconte la jeunesse du personnage vienne alourdir le récit et semble allonger le film. On retiendra un développement des personnages fainéant mais un univers visuel incroyable et de l’action époustouflante qui montre toute l’étendue de ce super héros qu’est Superman. La suite est déjà prévue, Man of Steel faisant office d’ouverture à un univers plus grand regroupant les meilleurs personnages DC Comics, les plus attentifs retrouveront Wayne Enterprises dans le film. La Ligue des Justiciers se met en place et arrivera sans aucun doute dans les années à venir.

Note Man Of Steel

  • Réalisation : Zack Snyder
  • Scénario : David S. Goyer, d’après une histoire de David S. Goyer et Christopher Nolan, d’après sur les personnages créés par Jerry Siegel et Joe Shuster
  • Acteurs : Henry Cavill, Amy Adams, Michael Shannon, Kevin Costner, Diane Lane, Russell Crowe, Antje Traue, Ayelet Zurer, Laurence Fishburne, Christopher Meloni
  • Musique : Hans Zimmer
  • Budget : 235 000 000 de dollars
  • Format : couleur — 35 mm, 2,35:1 CinemaScope, 3D
  • Durée : 143 minutes

Naughty Dog, un studio qui ne cessera jamais de nous éblouir !

PatteAussitôt acheté, aussitôt fini ! Je parle bien évidemment d’Uncharted 3 : L’Illusion de Drake, jeu développé par le studio américain Naughty Dog à qui je dédie cet article. Un studio bien connu par les joueurs du monde entier depuis la première PlayStation et qui n’a cessé de nous éblouir jeu après jeu. Fondé en 1986 par Andy Gavin et Jason Rubin sous le nom de Jam Software. Et repris par RR Celestin en 1989 sous le nom de Naughty Dog, le studio appartient à Sony Computer Entertainment depuis 2001. Naughty Dog est connu pour avoir développé les séries à succès Crash Bandicoot, Jak and Daxter et Uncharted, totalisant 40 millions de jeux vendus.

Naughty Dog

PatteTout le monde se rappelle de Crash Bandicoot, ce personnage dingue avec lequel on sautait sur des caisses pour libérer des pommes. Un jeu en couloir prenant et addictif ouvert à tout type de joueur. Si Nintendo avait son Mario et Sega son Sonic, Crash Bandicoot faisait indéniablement office de mascotte pour Sony.

PlayStation

PatteLa PlayStation a compté 4 épisodes développés par Naughty Dog comprenant un jeu de course très semblable à un Mario Kart jusqu’à ce qu’Universal Interactive Studio ne décide de reprendre sa poule aux œufs d’or et de développer les jeux par eux même. Quelle regrettable histoire, après un épisode PlayStation 2 bien en deçà de ce que l’on pouvait attendre, la série s’est vue devenir quelque chose de quelconque facilement oubliable, puis tout simplement une franchise morte.

Crash Bandicoot 3

PatteMais Naughty Dog ne comptait pas rester sur cette perte et développa pour la PlayStation 2 la série Jak and Daxter, comptant là encore 4 épisodes, c’est une série que je n’ai jamais prit le temps de faire mais au succès incontestable.

Jak and Daxter

PattePuis arrive l’époque PlayStation 3 et un titre surprise, Uncharted : Drake’s Fortune. Je ne m’attendais pas à un tel jeu de la part du studio, je ne savais pas quoi en penser lors de son annonce. Puis très vite après m’y être essayé, il était clair que Naughty Dog n’était pas n’importe quel studio, capable de créer une nouvelle franchise de qualité et de la rendre instantanément culte. Uncharted redéfinissait le jeu d’aventure et d’action, là où Tomb Raider était en perte de vitesse, Uncharted proposait un gameplay action-aventure aux petits oignons et une histoire prenante quoique assez basique. Mais ce qui faisait l’émerveillement c’était bien évidemment ses magnifiques graphismes nous gratifiant de plans absolument éblouissants tout au long du jeu. Un régal pour les yeux.

Uncharted Drakes Fortune

PatteLa série Uncharted a redéfinit les codes du jeu d’aventure, on le voit bien, le dernier Tomb Raider use des même ficelles avec un gameplay quasiment identique. Mais la série de Naughty Dog n’a cessé d’évoluer en proposant à chaque fois de nouvelles choses et des graphismes toujours revus à la hausse jusqu’à atteindre le niveau d’Uncharted 3 que j’ai terminé hier et qui était vraiment une aventure époustouflante à tous les niveaux. Ce jeu nous fait voyager tout autour du globe mêlant avec brio une ambiance entre Indiana Jones et La Momie, les musiques et les situations sont purement excellentes, l’action ne s’arrête jamais jusqu’à rendre le joueur à bout de souffle lors de certaines séquences (l’avion notamment).  Certain ont reproché d’user des mêmes rebondissements que pour le deuxième épisode mais je ne trouve pas, on est dans le cas où c’est une série de 3 volets, on ne peut pas empêcher des redites, c’est pour cela qu’il ne faudrait pas que cette série s’étale sur 15 épisodes mais Uncharted 3 arrive à se démarquer de son ainé en proposant encore plus de séquences spectaculaires. Même si on est tenté de vouloir encore jouer aux côtés du héros Nathan Drake, il ne faudrait pas que Naughty Dog nous sorte l’épisode de trop, ce serait très dommage !

Uncharted 3

PatteC’est pour cela que l’on n’a absolument pas vu ce qui se préparait lorsque The Last of Us a été dévoilé, au lieu d’exploiter la bonne recette encore une fois, le studio s’est mis au travail sur un tout nouveau projet, bien plus sombre, avec certes des ressemblances à Uncharted mais qui au final se révèle être quelque chose de tout autre. The Last of Us est un jeu de survie comme on en fait plus, reprenant toutes les meilleures choses que l’on a apprit à aimer dans les jeux de ces dernières années.

The Last of Us

PatteSi j’ai décidé d’écrire ce pavé c’est parce qu’ayant fini Uncharted 3, j’en voulais encore plus, je suis donc allé regarder une vidéo de la démo de The Last of Us et je ne pensais pas pouvoir encore être aussi impressionné. Des graphismes encore plus fins et réalistes, des doublages et musiques somptueux et une ambiance extrêmement pesante. La survie est votre principale mission, vous n’aurez pas l’artillerie de Nathan Drake dans votre sac, vous devrez confectionner vos armes qui ne pourront pas être utilisées tant que vous le voudrez, certains ennemis seront impitoyables et vous tueront dès qu’ils s’approcheront de vous. Je ne vous mens pas, les tests sont tombés et lui donnent quasi-unanimement la note de 10/10, tant ce jeu que l’on n’attendait pas dépasse tout ce que l’on pouvait imaginer avec une histoire digne des plus grandes productions cinématographiques. La PlayStation 3 tient là encore une nouvelle licence instantanément culte et je voulais saluer ce travail, tous les efforts que Naughty Dog déploie pour nous apporter une expérience complète comme c’est rare aujourd’hui. En parcourant rapidement leurs jeux c’est évident que ce n’est pas n’importe quel studio, il ne nous a jamais déçu ! Alors je dis un grand MERCI à Naughty Dog de nous apporter encore une fois quelque chose de nouveau et de grandiose et je conseille vivement à tous ceux qui n’auraient jamais goûté à leurs œuvres de se les procurer immédiatement. Je vous laisse avec la dernière bande annonce de The Last of Us qui vous mettra sans doute l’eau à la bouche. The Last of Us est le cadeau d’adieu de Naughty Dog à la PlayStation 3, on aurait presque envie de verser une petite larme.

Mon avis sur Fast & Furious 5 de Justin Lin

C’est après 12 ans d’existence de la série Fast & Furious au cinéma que je me suis décidé à regarder un premier épisode de cette saga bourrée de testostérone et de belles carrosseries. Pour moi, Fast & Furious était le genre même de film pour kékés décérébrés montrant de belles voitures tunés et des filles portant des short au raz de la biiiiip. De plus je ne me suis jamais intéressé à Vin Diesel, le trouvant aussi charismatique qu’une huître, euh, qu’un pneu de voiture plutôt. Mais pourtant… Avec tous les très bons avis au sujet des derniers épisodes il fallait que je vois par moi même que valait cette franchise. J’ai donc commencé par l’épisode 5, celui qui a rapporté le plus de recette au Box-Office et le plus de critiques positives. Après un rapide coup d’œil sur l’histoire des 4 premiers films pour ne pas me sentir largué par des visages inconnus, j’ai placé mon Blu-ray dans le lecteur, me suis installé confortablement, et laissé entraîner par « la famille » !

Fast & Furious 5 01

Depuis que Brian O’Conner (Paul Walker) et Mia Toretto (Jordana Brewster) ont extirpé Dom (Vin Diesel) des mains de la justice, ils ont dû franchir de nombreuses frontières pour échapper aux autorités. Retirés à Rio, ils sont contraints de monter un dernier coup pour se faire blanchir et retrouver leur liberté. Ils se constituent une équipe d’élite, réunissant les meilleurs pilotes, conscients que leur seule chance d’être acquittés pour bonne conduite nécessite une confrontation avec l’homme d’affaires véreux qui souhaite les voir morts. Mais il n’est pas le seul à leurs trousses. L’impitoyable agent fédéral Luke Hobbs n’a jamais loupé sa cible. Affecté à la traque des fugitifs, lui et son équipe de choc élaborent un implacable dispositif d’assaut destiné à les capturer. Passant le Brésil au crible, Hobbs réalise combien la frontière qui sépare les bons des méchants est ténue. Il doit alors s’en remettre à son instinct pour acculer ses proies et éviter qu’un autre ne les débusque avant lui.

Fast & Furious 5 02

Le film commence sur les chapeaux de roues avec une évasion somme toute surprenante mais spectaculaire, à l’image de ce qui nous attend avec le reste du film. Très vite on retrouve Vin Diesel pour une opération à haut risque, bien que je n’aime pas cet acteur, dans ce film, il a une certaine présence dans le rôle du gentil bouledogue et presque l’aura d’un Schwarzenegger lors de sa première apparition. Vin Diesel et ses compères doivent sortir des voitures d’un train en marche, la scène est vraiment impressionnante et bien trouvée, à partir de là j’étais déjà convaincu. Le film est généreux en scènes d’actions et de destructions massives, notamment avec la fin et cette course poursuite hors norme dans les rues de Rio. C’est justement l’un des points forts de ce film, l’action décomplexée parfois improbable mais qui nous laisse toujours scotché à notre siège. J’avoue que je suis difficilement impressionnable avec le cinéma d’aujourd’hui étant donné tout ce qui a déjà pu se faire, mais objectivement, toutes ces scènes d’actions sont incroyables.

Fast & Furious 5 03

Mais Fast & Furious 5 ce n’est pas que ça, c’est aussi un peu un descendant de la série de Ocean’s avec George Clooney ou de Mission Impossible mais en version automobile. Le film se la joue casse du siècle à haut risque où Vin Diesel devra se trouver une équipe capable de déjouer tous les pièges sur leur route, comptez donc sur la présence d’un peu tout le casting des précédents volets, tout comme celle de Dwayne « Ne m’appellez plus The Rock » Johnson dans la peau du super flic que rien n’arrête et qui nous vaudra une bonne scène de baston et une superbe course poursuite. Le casting n’est pas en reste pour la partie féminine avec la présence également de Jordana Brewster, Elsa Pataky et Gal Gadot interprétant respectivement les personnages de Mia Torreto, Elena Neves et Gisèle Harabo. Pour les friands de belles carrosseries, mais féminines cette fois, quelques plans vous réjouirons, mais c’est assez expéditif.

Fast & Furious 5 04

De ce film il y a donc peu de choses à dire hormis que c’est une réussite pour son réalisateur Justin Lin, et un très bon spectacle pour nous. Tous s’y retrouveront, amateurs de belles voitures, de films burnés, d’action décomplexée, de courses poursuites et de jolies filles. Cet épisode me donne même l’envie de me mettre à jour et de voir l’intégralité de la saga. Fast & Furious 6, actuellement au cinéma est apparemment une réussite également, j’attendrai sans doute le Blu-ray mais si les volets suivant (qui ne sont plus réalisés par Justin Lin) sont toujours d’aussi haut niveau, pourquoi ne pas aller les voir au cinéma. Très content que ce film fasse partie de ma collection !

Note Fast5

Mon avis sur Mission Impossible 3 de J.J. Abrams

Me voilà à la fin de mon périple Mission Impossible la trilogie, cette série qui à chaque film porte l’essence même de son réalisateur. M:I:III comme il est nommé officiellement ne fait pas exception à la règle, ceux qui connaissent le travail de J.J. Abrams (que je ne présente plus puisqu’il est LE réalisateur du prochain Star Wars) ne seront pas étonné de retrouver entre autre ces merveilleux lens flare, mais qui contrairement à Super 8 ne viennent pas salir l’image, c’est plutôt bien intégré à la scène.

Mission Impossible 3 01

Ethan Hunt espérait avoir tourné une page en quittant le service actif de la Force Mission Impossible (FMI) pour un poste de formateur : pouvoir enfin mener une vie « normale » et se consacrer tout entier à sa ravissante épouse Julia. Mais lorsque Lindsey, la plus brillante recrue de la FMI, chargée de surveiller Owen Davian, un redoutable trafiquant se fait capturer à Berlin, Ethan se sent moralement obligé de lui porter secours.

Mission Impossible 3 02

La vérité avec ce film c’est que je ne sais que dire tellement il est maîtrisé de bout en bout, il n’y a aucun temps mort tout au long des 126 minutes, l’univers est abordé de manière réaliste, je veux dire par là que à l’inverse du second volet et dans la même optique que Protocole Fantôme, rien n’est là au hasard, pas de cascades folles, une histoire plus terre à terre (j’ai beaucoup apprécié de voir comment fonctionne chaque gadget). Les scènes d’action vont à un rythme frénétique et captivent, les acteurs sont au top, comme toujours Tom Cruise interprète son rôle à la perfection, Laurence Fishburne fait un passage remarqué, difficile de savoir s’il est du bon ou mauvais côté, mais c’est ici Philip Seymour Hoffman qui se distingue par sa folie et son charisme. L’interrogatoire en ouverture du film donne le ton, inquiète autant qu’il donne des frissons. On retrouve même l’essence de la série télévisée dans certaines scènes. Le tout est emballé d’un joli aspect visuel très sy-fy comme on à l’habitude avec les films d’Abrams et d’une musique parfaitement en adéquation avec les images.

Mission Impossible 3 03

Le plus étonnant est encore qu’en voyant le film, je me suis dit « ah ça c’est bien du J.J. Abrams, il refait les même choses que dans ses précédents films », hors, le détail est ici que Mission Impossible 3 est LE premier film de J.J. Abrams. Connaissant pourtant sa filmographie, à aucun moment du visionnage je n’ai percuté que cela pouvait être sa première réalisation. Impressionnant ! Je ne suis pourtant pas un fan inconditionnel du cinéaste mais objectivement il faut avouer que ce dernier sait comment on fait du cinéma. Je me tâte si je ne devrais pas aller voir en salle le prochain Star Trek !

Note MI3

Mon avis sur Mission Impossible 2 de John Woo

L’agent Ethan Hunt est chargé de retrouver un virus nommé « la Chimère », tombé aux mains d’un certain Sean Ambrose, un ancien agent et collègue d’Ethan. Pour ce faire, ce dernier est secondé dans sa tâche par 2 autres agents : Luther Stickell et un certain William Baird. Ethan a par ailleurs rallié à sa cause Nyah Nordoff-Hall, l’ancienne petite amie de Sean

Mission Impossible 2 02

Après avoir redécouvert le premier épisode mis en scène par Brian De Palma, je continue mon marathon Mission Impossible avec le second volet cette fois ci réalisé par le Hongkongais John Woo. A nouveau, le film porte la marque de fabrique de son cinéaste, tout comme De Palma tournait son récit autour de la manipulation d’une fort bonne manière, on retrouve ici tout ce qui est cher à Woo autant dans l’aspect mélodrame romantique que dans l’aspect visuel, tout y est, ralentis, lunettes, gunfights chorégraphiés et même les colombes remplacés par des pigeons pour l’occasion. Alors qu’en est il finalement ?

Mission Impossible 2 03

Le point fort de cette série c’est que chaque épisode fonctionne par lui même et porte la marque de son auteur, les fans de John Woo seront aux anges, le film fait office dans sa deuxième partie de film à grand spectacle entre action décapante et explosions à gogo. Même si de premier abord cette mise en scène parait à double tranchant, les excès de cascades un peu trop too much peuvent faire sourire par moment mais le résultat fonctionne plutôt assez bien dans l’ensemble si l’on considère ce second épisode comme un spectacle comme je l’ai dit précédemment. Le film ayant tout de même de sacrés atouts tels que la sublime Thandie Newton qui ravira le regard des messieurs dans la scène de la baignoire, mais également la musique du toujours grand Mr Hans Zimmer (Qui fait un peu toujours la même chose avouons le ! J’ai entendu dans MI2, un air plus que ressemblant d’une future musique du film Man of Steel, mais bon, le plus important reste que cela colle avec les images !).

Mission Impossible 2

Mais ce film n’est pas exempt de défauts, le problème majeur vient de la première partie du récit et cette fausse romance entre les personnages de Tom Cruise et Thandie Newton qui parait hors de propos et assez inintéressante, je n’ai pas reconnu avec cette première partie le Ethan Hunt que j’avais découvert dans le premier épisode. Ensuite même si l’utilisation des masques permet de créer de bons rebondissements, le réalisateur semble s’être tourné vers la facilité, comment régler une situation sans s’embêter…

Mission Impossible 2 04

Comme je l’avais dit dans un autre article Mission Impossible 2 n’est peut être pas le meilleur volet de la série mais ne démérite pas face à ses concurrents, le film parait en retrait de la saga à cause de certains choix mais un fan de John Woo trouvera son bonheur, tandis que les autres verront un très bon film d’action à grand spectacle.

A noter que le Blu-ray fait un peu pal figure, l’image accuse le poids des années et n’est pas vraiment au top pour le support, ce que je comprenais pour le premier épisode, mais ici j’ai légèrement été choqué… Et aussi le brushing toujours impeccable de Tom Cruise, en montant certaines scènes ensemble on pourrait facilement faire une pub pour L’Oréal. Sans oublier Tom Cruise doublé cette fois ci par Yvan Attal, après Patrick Poivey dans le premier épisode, on retrouvera Jean-Phillipe Puymartin (actuelle voix française de Tom Cruise mais également doubleur depuis des années de Tom Hanks) dans le 3ème volet, jamais Tom n’aura eu le même doubleur dans cette trilogie !

Note MI2 copy

Le reboot de Tomb Raider arrive bientôt

En préparation depuis de longues années chez Crystal Dynamics, le reboot de la célèbre franchise Tomb Raider s’apprête à débarquer sur nos consoles de salon le 5 mars prochain. Oubliez la Lara Croft femme fatale qui n’a peur de rien, ce nouvel épisode vient complètement bousculer les habitudes tant par son gameplay que par son background. On retrouve une jeune Lara de 21 ans qui va être confronté malgré elle à la difficulté de survivre dans un environnement hostile, elle devra apprendre à combattre sa peur et se surpasser pour trouver le moyen de s’échapper de l’ile où elle est piégée.

Comme dit plus haut, c’est l’occasion de changer radicalement de gameplay et d’avoir désormais quelque chose se rapprochant du genre aventure-action comme Uncharted ou la plupart des jeux d’aujourd’hui. Pourquoi je vous parle de ce jeu, sans aucun doute parce qu’il m’a toujours intrigué depuis son officialisation. Je suis un grand fan de la série de Naughty Dog, je m’étais toujours demandé pourquoi ne pourrait on pas avoir la même chose mais avec Lara Croft au lieu de Nathan Drake ? A croire que Crystal Dynamics m’ait entendu ou simplement que la franchise, qui était en perte de vitesse, devait être complètement remis aux goûts du jour pour connaitre un nouveau souffle. Enfin soit, après l’annonce de son développement je m’étais dit que ce jeu pourrait vraiment me plaire, mais des questions subsistaient. Ce nouveau Tomb Raider pouvait il être un bon jeu ?

A une semaine de la sortie les questions que je me posais ont trouvé les réponses que je cherchais grâce aux nombreux tests de la presse vidéoludique. Cette nouvelle aventure de la plus célèbre héroïne de jeux vidéo s’avère être une vraie réussite, une aventure palpitante, une bonne durée de vie, un mélange d’action, d’exploration et de mystères à découvrir, et des graphismes plus qu’appréciables. Je m’attendais à ce que ce Tomb Raider soit une simple copie d’Uncharted mais il n’en est rien, un jeu qui se retrouvera assurément dans ma collection dans les mois à venir. Si c’est votre genre de jeu, je ne peux donc que vous le conseiller.

Pour découvrir le test du jeu par Gamekult, c’est par ici.

Le Dernier Rempart – Mon avis sur le dernier Schwarzenegger

C’est le film que je suis allé voir sans que ce soit prévu, il fallait en choisir un, et Schwarzenegger, au même moment faisait son retour au cinéma. C’était donc très tentant d’aller voir ce que valait ce nouveau film. Le Dernier Rempart, dernier film du réalisateur sud-coréen Kim Jee-woon, signe donc le retour de Arnold Schwarzenegger dans un rôle principal.

L’histoire est simple, un grand trafiquant de drogue sur le point de se rendre dans le couloir de la mort, arrive à s’échapper des mains du FBI et essaie par dessus tout de traverser la frontière. Sur son chemin il rencontrera le shérif d’une petite ville qui sera avec son équipe, le dernier espoir pour rattraper ce criminel en fuite… Donc rien de bien original si ce n’est que ce fameux shérif n’est autre que le grand Arnold Schwarzenegger ! Et tout ce qu’on peut dire c’est que Arnie est bien décidé à ne pas laisser passer ce trafiquant de drogue !

Ce n’est peut être pas le retour fracassant de l’un de nos acteurs préférés qui nous avez habitué à mieux (pour moi son grand retour a déjà eu lieu et c’est dans Expendables 2 que ça se passe), mais le film est assez bien pour nous faire passer un très bon moment. Le problème peut être à une première partie mollassone avec un criminel peu charismatique et des dialogues lourdingues. Pourtant chaque scène avec notre Schwarzie international nous donne le frisson, même lorsque celui ci ne fait que lire le journal en pantoufle, je veux dire par là que Arnold Scharzenegger n’a rien perdu de ce qui faisait de lui le grand acteur d’il y a quelques années. Et c’est encore plus vrai dans la seconde partie du film qui est vraiment excellente, entre action bien bourrine et rythmée (avec de vrai bains de sang par moment) et humour décoiffant (toute la salle était morte de rire). Cette deuxième partie nous offre du grand spectacle avec des combats qui m’ont rappelé certains films d’action asiatiques avec pourtant une ambiance de western. Arnold est vieux et ça se voit, malgré cela, il arrive à foutre la branlée à tous ceux qui se dressent sur son chemin pour notre plus grand plaisir !

Le problème principal est que ce film n’aurait pas du jouer sur deux registres, il y a un décalage entre la première partie assez sérieuse et la deuxième qui nous offre rien de moins que du fun en barre, la totalité du film aurait du jouer sur le ton de l’humour. Malgré cela Le Dernier Rempart reste un film avec des qualités évidentes comme par exemple l’équipe du shérif que j’ai trouvé fun et touchante, surtout le policier mexicain ! Mais également pour son déferlement de violence et de grosse artillerie. Même si ce n’est pas le film du siècle c’est un film que je conseille à tout fan du Terminator ou de film d’action bien sanglant.

Note The Last Stand

Titre original : The Last Stand
Réalisateur : Kim Jee-woon
Scénario : Jeffrey Nachmanoff et George Nolfi d’après un sujet d’Andrew Knauer
Acteurs : Arnold Schwarzenegger, Forest Whitaker, Eduardo Noriega, Peter Stormare, Rodrigo Santoro, Jaimie Alexander, Zach Gilford, Johnny Knoxville, Genesis Rodriguez
Musique : Mowg
Budget : 30 000 000 de dollars américains
Pays d’origine : États-Unis
Langue originale : Anglais
Format : couleur – 1,85:1 – 35 mm
Genre : action, policier
Durée : 107 minutes